NOUVELLES
03/07/2014 01:02 EDT | Actualisé 02/09/2014 05:12 EDT

Wimbledon - Kvitova reconnaît "des hauts et des bas" depuis la victoire de 2011

Vainqueur de Wimbledon en 2011, la Tchèque Petra Kvitova, qui sera de nouveau opposée samedi en finale à Eugenie Bouchard, reconnaît qu'elle a eu "des hauts et des bas" ensuite et qu'elle a dû grandir pour digérer le changement dans sa vie.

Q: Etant donné votre proximité avec Safarova, était-ce plus difficile pour votre adversaire que pour vous?

R: "Je ne sais pas si c'était plus compliqué pour elle. Bien sûr, j'étais favorite. Nous avons gardé en nous nos émotions. Mais c'était quelque chose de vraiment spécial pour moi. C'était compliqué, je savais que ce serait comme ça. Elle a livré son meilleur tennis ici et elle méritait d'arriver en demi-finale. Dans le premier set elle a très bien joué et tous les points étaient serrés. On était toutes les deux très nerveuses car on se connaît très bien sur et en dehors du court. On savait à quoi s'attendre entre nous. Moi je suis contente d'avoir bien servi et c'était peut-être l'une des clés du match".

Q: Votre victoire ici en 2011 peut-elle vous aider à aborder le dernier match?

R: "Pour être honnête, je ne me rappelle plus trop de mes émotions en 2011. Mais il reste encore un match et c'est sur ça que je veux me concentrer".

Q: Que s'est-il passé entre ce titre et aujourd'hui?

R: "Depuis ces trois ans, il y a eu des hauts et des bas. Je savais que les attentes étaient supérieures à ce que j'ai fait. Mais d'un autre côté je suis toujours restée dans le Top10. Après avoir gagné ici en 2011, il fallait que je change un peu, pour m'habituer à la pression, aux médias et à tout ça".

Q: Pensez-vous finalement que vous avez gagné un peu trop jeune?

R: "C'est une bonne question, mais je ne peux pas y répondre. Cette année-là, j'ai très bien joué et j'ai gagné assez jeune. Ensuite, cela a été compliqué à gérer, c'est vrai".

Q: Cette qualification est d'autant plus étonnante que vous avez abandonné lors du précédent tournoi...

R: "A Eastbourne, j'ai commencé contre Lucie encore. Un gros combat, un long match. J'ai commencé à sentir mes jambes le lendemain. Ensuite, c'était Lepchenko et le lendemain je ne pouvais plus marcher sans douleur. Je n'avais jamais abandonné mais là c'était avant Wimbledon. Pour récupérer, il me fallait des jours de repos. Donc finalement je suis contente d'avoir pris cette décision".

Q: Que pensez-vous de votre prochaine adversaire Eugenie Bouchard?

R: "J'ai joué contre elle l'an passé à Toronto. Elle perçait à peine. Je l'ai trouvée très solide et talentueuse. Maintenant elle semble avoir une grande confiance dans son jeu. Elle se déplace bien et joue très agressif près de la ligne de fond de court".

Propos recueillis en conférence de presse

cd/alh