NOUVELLES
03/07/2014 11:33 EDT | Actualisé 02/09/2014 05:12 EDT

Un homme se blesse gravement au cerveau en faisant du «headbanging»

MONTRÉAL - Un homme qui avait fait du «headbanging» pendant un concert du groupe heavy metal anglais Motörhead s'est infligé une grave blessure au cerveau, indiquent des médecins allemands dans les pages du journal médical The Lancet.

L'homme de 50 ans s'est présenté, en janvier 2013, au département de neurochirurgie de la faculté de médecine de Hannover en se plaignant de maux de tête intenses qui s'aggravaient depuis deux semaines.

Son histoire médicale était banale et il ne présentait aucune blessure à la tête, mais il avait fait du «headbanging» quatre semaines plus tôt lors d'un concert de Motörhead.

Un tomodensitogramme a révélé la présence d'un hématome sous-dural chronique du côté droit du cerveau. Une intervention chirurgicale a été pratiquée pour retirer le caillot de sang et l'individu n'éprouvait plus aucun malaise lors de sa dernière visite de suivi, deux mois plus tard.

Le «headbanging» fait référence aux mouvements violents et rythmés de la tête qui accompagnent le tempo de la musique. Motörhead a aidé à développer un type de musique, le speed metal, où une cadence de 200 battements par minute est fréquemment atteinte.

Le «headbanging» peut entraîner des blessures à l'artère carotide ou au cou. C'est toutefois la première fois que la pratique est associée à un hématome sous-dural chronique.

L'auteur principal de l'étude, le docteur Ariyan Pirayesh Islamian, prévient toutefois que ce genre de blessure peut être difficile à détecter, puisque les symptômes sont souvent silencieux ou transitoires.