NOUVELLES
03/07/2014 09:47 EDT | Actualisé 02/09/2014 05:12 EDT

État islamique fait de nouveaux gains en Syrie, près de la frontière irakienne

BEYROUTH - Le groupe extrémiste État islamique en Irak et au Levant (ÉIIL) s'est emparé jeudi de plusieurs villes et villages syriens près de la frontière avec l'Irak, en plus de capturer la plus importante raffinerie de pétrole du pays.

Le groupe contrôle maintenant la quasi-totalité d'un long corridor qui s'étire de la ville syrienne frontalière de Boukamal jusqu'à la capitale provinciale de Deir el-Zour, au nord-ouest, ainsi que de vastes territoires dans le nord et l'ouest de l'Irak.

ÉIIL a unilatéralement proclamé, plus tôt cette semaine, la création d'un califat dirigé par son leader, Abou Bakr al-Baghdadi, sur les terres saisies en Irak et en Syrie.

La majorité des grands groupes rebelles qui tentent de renverser le régime de Bachar el-Assad ont rejeté la proclamation d'al-Baghdadi. Certains, comme le Front al-Nosra associé à Al-Qaïda, combattent ÉIIL depuis le début de l'année. Ces violences ont fait quelque 7000 morts.

Le Front al-Nosra semble toutefois perdre du terrain en Syrie. Plusieurs combattants associés aux puissantes tribus de l'est de la Syrie ont choisi de rallier les rangs d'ÉIIL. Une vidéo mise en ligne jeudi montre ainsi un homme annonçant que les militants de la ville de Sheheil, un bastion du Front al-Nosra, ont choisi de faire défection.

Les combattants du Front al-Nosra qui contrôlaient la raffinerie d'al-Omar depuis la fin de l'an dernier en ont abandonné le contrôle, jeudi, sans tirer un seul coup de feu.

L'Observatoire syrien des droits de la personne a prévenu que certains militants d'al-Nosra continuent à lutter contre ÉIIL, mais que le groupe semble au bord de l'effondrement.