NOUVELLES
03/07/2014 08:10 EDT | Actualisé 02/09/2014 05:12 EDT

Sécurité aérienne: une nouvelle génération de bombes "indétectables" (expert)

Alors que les autorités américaines ont annoncé un renforcement des contrôles dans les aéroports, l'expert américain en sécurité aérienne Jeff Price présente à l'AFP la nouvelle génération de bombes que Washington craint de voir apparaître à bord des avions.

QUESTION: Quels sont ces engins ultra-sophistiqués qui risquent de faire leur apparition?

REPONSE: Il n'y a pas de menace précise mais les services de renseignement américains savent qu'Al-Qaïda travaille sur des nouvelles technologies difficiles à détecter. (Les services américains) ont probablement appris que la technologie existe maintenant et n'a plus qu'à être déployée.

Depuis environ deux ans, Al-Qaïda cherche à mettre au point des engins indétectables et des engins utilisables par le premier imbécile venu. C'était d'ailleurs le problème avec la bombe cachée dans les sous-vêtements (sur le vol Amsterdam-Detroit à Noël 2009).

Pour faire simple: les produits chimiques devront être mélangés rapidement et naturellement et dès qu'ils seront mélangés, cela déclenchera une réaction chimique qui activera la bombe. C'est beaucoup moins compliqué que de connecter des fils. Et dans une machine à rayons X, c'est indétectable.

Cela doit être non-métallique et cela sera probablement sous une forme liquide. Malheureusement, en aviation, il suffit de toutes petites quantités pour faire un grand boum, en raison de la pressurisation de l'avion. Une petite quantité d'explosifs peut être plus destructrice à une altitude élevée qu'au sol, d'où l'importance de la détection dès l'embarquement.

Il est aussi possible de porter quelque chose sur soi, mais vous devrez implanter beaucoup d'explosifs pour obtenir vraiment l'effet souhaité. Le problème avec les engins implantés par la chirurgie, c'est que le corps crée un tampon entre l'explosif et l'extérieur. Les terroristes cherchent quelque chose de plus simple. Plus c'est complexe, plus il est difficile de s'en tirer et les terroristes veulent réussir.

Q: D'où proviennent ces nouvelles menaces ?

R: Les suspects habituels sont l'AQPA (Al-Qaïda dans la péninsule arabique) au Yémen et certaines régions comme l'Afghanistan. Il y a maintenant l'Irak, la Syrie, qui est une gigantesque donnée. Il faut aussi prendre en compte toutes les personnes qui quittent les Etats-Unis pour aller s'entraîner ou chercher du matériel ailleurs avant de revenir ici. C'est un peu la situation de l'auteur (présumé) de l'attentat contre le marathon de Boston (Djokhar Tsarnaev), qui avait peu de chances d'être remarqué car il avait un passeport américain.

C'est pourquoi (les autorités) observent désormais la manière de voyager. Si je pars des Etats-Unis et que je me rends au Yémen alors que ce n'est pas quelque chose que je fais habituellement dans le cadre de mon travail, alors c'est une sonnette d'alarme.

Q: Quels types de mesures vont être prises dans les aéroports?

R: Il y a tout un éventail de mesures qui ne sont pas visibles du grand public. Il peut s'agir de renforcer les contrôles des bagages ou des bagages à main, avec un ralentissement des tapis à rayons X ou davantage de fouilles aléatoires des bagages en provenance de certains pays.

Il peut s'agir de mettre de côté davantage de voyageurs pour un contrôle approfondi, de déployer plus de personnels chargés de surveiller les comportements, dans les files d'attente à la sécurité ou à la livraison des bagages.

Globalement, la plupart des gens ne remarqueront pas de grande différence: les machines à rayons X ralentiront un peu, les files d'attente avanceront plus lentement, le calibrage des machines sera plus sensible, autant de mesures qui ne seront pas visibles à l'oeil nu mais accroîtront la surveillance en coulisses.

chv/gde