NOUVELLES
03/07/2014 09:25 EDT | Actualisé 02/09/2014 05:12 EDT

Présidentielle afghane: Abdullah juge l'audit insuffisant et rejettera les résultats lundi

Le candidat à la présidentielle afghane Abdullah Abdullah estime que l'audit en cours sur la fraude dans le scrutin est insuffisant et il rejettera l'annonce des résultats prévue lundi si un examen élargi des votes douteux n'est pas mené à bien, a indiqué jeudi son équipe de campagne.

Les premiers résultats du second tour du 14 juin doivent être annoncés lundi, après un report de cinq jours décidé par la commission électorale indépendante (IEC) pour examiner des soupçons de fraudes qui menacent de paralyser le scrutin.

L'IEC doit se pencher sur 1.930 des quelque 23.000 bureaux de vote, espérant ainsi mettre fin au blocage entre les deux candidats Ashraf Ghani et Abdullah Abdullah, qui dénonce des bourrages d'urnes massifs en faveur de son rival.

"Ce n'est pas acceptable pour nous (...) l'examen de 1.930 bureaux de vote n'est pas suffisant et ne changera rien", a estimé Nusratullah Baryalai Arsalayee, le directeur de campagne de M. Abdullah, lors d'une conférence de presse jeudi à Kaboul.

M. Arsalayee a ensuite assuré que "tant que le processus reste le même, nous n'accepterons pas les résultats préliminaires qui vont être annoncés lundi car les votes frauduleux n'ont pas été séparés des bons".

Malgré des discussions et des contacts entre les deux camps et avec la communauté internationale ces derniers jours, M. Arsalayee a confirmé que l'équipe de M. Abdullah continuait de boycotter le processus électoral.

De son côté, la mission d'observation de l'Union européenne (UE) en Afghanistan a jugé jeudi "très inquiétants" les signes de fraude et préconisé, comme l'équipe de M. Abdullah, d'élargir l'audit.

Les représentants de l'UE ont recommandé un élargissement de l'audit à 6.000 bureaux de vote. "J'insiste sur la nécessité d'élargir l'audit", a déclaré le chef de la mission, Thijs Berman, lors d'une conférence de presse jeudi à Kaboul.

Le scrutin doit donner au pays un successeur à Hamid Karzaï, seul homme à l'avoir dirigé depuis la chute des talibans en 2001. Une fois les résultats préliminaires publiés lundi, l'IEC a prévu un délai de quelques jours pour examiner des plaintes, et de publier le résultat final le 24 juillet.

Certains observateurs craignent qu'un regain de tension autour du scrutin ne provoque des violences entre les Tadjiks majoritaires au Nord, bastion des partisans de M. Abdullah, et les Pachtounes du Sud et l'Est, dont est issu M. Ghani. Or le pays aborde une période délicate avec le retrait prévu en fin d'année de la force de l'Otan.

us-emp/ml