NOUVELLES
03/07/2014 09:30 EDT | Actualisé 02/09/2014 05:12 EDT

Mondial-2014 - Pekerman: "La clé est de ne pas penser qu'il y a un favori"

Le sélectionneur argentin de la Colombie José Pekerman "parie sur le jeu" et estime que "la clé est de ne pas penser qu'il y a un favori" lors du quart de finale qui l'oppose au Brésil vendredi.

Q: Vous savez quelle équipe vous allez aligner, vous changer souvent?

R: "Sur les différentes possibilités de l'équipe, on travaille depuis avant le Mondial. Déjà lors des matches de préparation, il y a eu des changements. Au début, il y a eu des décisions à prendre, et il y a eu des forfaits. On s'est préparés. Tous les joueurs savent qu'ils peuvent être appelés à jouer à tout moment. On fait des changements, il y a des variantes à l'équipe. On n'écarte aucune variante car on a beaucoup de joueurs capables de jouer. On va évaluer demain matin le onze de départ, mais quel qu'il soit, il faut garder le même état d'esprit: jouer, être équilibré et marquer des buts comme on le fait depuis le début du Mondial.

Q: Vous avez un Christ que vous regardez dans votre main pendant les matches. Qu'est ce que c'est?

R "Je l'ai toujours à portée, au camp d'entraînement, dans la chambre, sur le terrain. Je ne le montre pas, c'est très personnel."

Q: Avez-vous peur de l'arbitrage à domicile pour le Brésil?

R: On espère que l'arbitre fera un bon match, sans suspicion, sans penser qu'il puisse influencer le jeu. La Colombie parie sur le jeu. Elle vient au Mondial pour la première fois depuis longtemps, elle montre le potentiel de ses joueurs. Dans le football, il peut y avoir des erreurs des joueurs, des entraîneurs, des arbitres, mais toujours dans la bonne foi et l'honorabilité, car chacun fait de son mieux.

Q: Dans quel état d'esprit êtes vous avant ce match?

R: "Je suis très content de rencontrer le Brésil, qui est 5 fois champion du monde, c'est le grand de l'histoire, que tout le monde du football admire pour son football, ses gens, ses joueurs ses entraîneurs et son style de jeu. Ce style qu'on a appris et qui nous plait. Les joueurs et moi on est contents de jouer ce match mais on sait que la concurrence est dure, que le rival est de très haut niveau mais on va se faire plaisir. La clé du match, c'est de ne pas penser aux situations d'avant-match. Il faut aller de l'avant. Chaque match est un nouveau défi et chaque rival plus exigeant. On ne peut pas penser à ce qui s'est passé avant, ni pour nous et ni pour le Brésil. Il faut qu'on fasse notre match comme nous savons le faire, avec confiance. La clé c'est de ne pas penser qu'il y a un favori.

Q: Sentez-vous le soutien venant de Colombie?

R: "L'amour qui nous est donné par les Colombiens est immense. Chaque effort réalisé correspond à ce soutien. On sait qu'ils prennent du plaisir à nous regarder. Ils savent qu'on va lutter jusqu'au bout. Nous, on a une responsabilité avec l'espoir suscité après tant de temps sans Mondial. On parlait toujours d'histoire ancienne. Je crois qu'on a été à la hauteur de ce qu'a toujours été la Colombie mais aussi du football d'aujourd'hui.

Q: On parle beaucoup du poids du maillot, du passé du Brésil

R: "Il faut prendre en compte le passé, les dernières Coupes du monde. Dans quelque temps, ce Mondial sera du passé et on le commentera. On ne peut pas ignorer le passé de chaque équipe. Le passé, l'histoire, la hiérarchie, les traditions ont leur poids (...) Le passé a son importance mais ca ne veut pas dire que tu vas gagner un match en raison de qui s'est passé avant. La situation a changé. Aujourd'hui, on travaille beaucoup la tactique, le physique, l'état d'esprit, la psychologie, le mental... Tout se travaille mais on ne peut jamais oublier d'où nous venons, notre histoire. Nous admirons les idoles avec qui nous avons appris. Nous les footballeurs, on a appris avec les grandes stars. C'est pour ca qu'on aime le football! On s'attend à match très difficile. C'est un quart de finale. A ce niveau, ce sera durissime pour les deux. On respecte le Brésil qui a de grands joueurs mais vous avez pu constater que la Colombie aussi. Ce sera équilibré.

Q: Vous allez avoir le public contre vous...

R: "Ce sera nouveau pour nous. C'est sans doute un facteur important pour le Brésil de se sentir soutenu par tous ces gens pour un match si difficile. Ce sera une épreuve pour nous et il faut nous mettre rapidement dans le match pour faire ce qu'on sait faire et développer notre jeu qui nous a donné tant de satisfactions.

pgf/mpd