NOUVELLES
03/07/2014 08:15 EDT | Actualisé 02/09/2014 05:12 EDT

Mondial-2014 - Le Brésil cherche le juste milieu

Le Brésil est confronté à un casse-tête, il semble jouer à 10 avec un avant-centre qui ne voit jamais le ballon. Le sélectionneur Luiz Felipe Scolari doit peaufiner son schéma sans vraiment toucher à la structure.

En théorie le système marche, c'est le même qu'à la Coupe des conféderations remportée par le Brésil. Fred ouvre des brèches et de l'espace pour Neymar en servant de point d'appui à Hulk et Oscar en rampes de lancement. Sans oublier les latéraux, Dani Alves et Marcelo, qui doivent apporter le danger.

En pratique, on est proche du zéro pointé lors de ce Mondial pour le Brésil. A l'exception du match contre le Cameroun, la Canarinha marque uniquement --quand elle marque-- sur des coups de pieds arrêtés ou des exploits de Neymar. Difficile d'aller au bout sans fonds de jeu! Et, même s'il ne l'avoue pas ouvertement, Scolari est préoccupé. Lui qui déteste plus que tout changer son onze n'arrête pas d'y toucher...

Contre le Cameroun, il avait laché Paulinho pour faire confiance à Fernandinho. Cela avait fonctionné (4-1) mais contre le Chili, le Brésil est retombé dans ses mêmes travers même avec le milieu de Manchester City.

Privé de Luiz Gustavo, suspendu, Scolari va à nouveau revoir sa copie et devoir toucher au 11. Il devrait faire reculer Fernandinho et espérer que Paulinho, qui a fédéré autour de sa personne contre le Chili en délivrant le discours avant les tirs au but, retrouve son jeu après 165 minutes sur le banc.

L'idée force est qu'il faut qu'Oscar et Hulk puissent accomplir leur mission d'animation offensive en créant du jeu et proposer des options.

S'ils le font, Fred touchera à nouveau le ballon et Neymar aura plus d'espaces. Mais, preuve que Scolari est dans le dilemme, il a même testé un nouveau système. L'autre schéma? Une défense à 5 avec Henrique en chien de garde devant la défense afin de soulager les milieux de leur travail défensif et de couvrir les montées des latéraux. Et donc d'enfin inclure Fred dans le jeu....

- Utiliser les couloirs -

Mieux défendre, mieux récupérer pour mieux attaquer. On verra alors si le Brésil joue vraiment sans attaquant. Depuis le début du Mondial, Fred, qui a marqué un maigre but contre le Cameroun, ne pèse pas et concentre sur lui de nombreuses critiques d'autant qu'il est tout sauf un monstre technique.

Jô a joué près d'une heure contre le Chili sans faire mieux. La preuve que c'est moins le joueur que la position qui est isolée.

Contre la Colombie, Scolari, qui compte aussi beaucoup sur un Hulk retrouvé, espère qu'Oscar renouera avec sa performance contre la Croatie. Si les deux milieux offensifs s'expriment, Neymar devient un diamant capable de rayer la défense colombienne. Quand ils brillent, Neymar rayonne. Mais, s'ils sombrent Neymar a tout le poids d'un jeu prévisible et Fred se tourne les pouces.

Chacun dans leur registre, Oscar en finesse et Hulk en percussion doivent porter leur danger. Mais, il faut aussi que les latéraux fassent mieux leur boulot: monter et créer du jeu sans se dégarnir et laisser des boulevards à une Colombie au jeu direct et très entreprenante. Il faut utiliser les couloirs.

Si Marcelo n'est pas au sommet, c'est surtout Dani Alves qui est dans le collimateur. Même s'il a le même coiffeur que Neymar, il est loin du niveau de sa Ligue des champions 2011. En alignant Maicon avec les titulaires lors de la seconde période de l'entraînement d'avant-veille du match contre la Colombie, Scolari a sans doute voulu rappeler au Barcelonais que la continuité n'est pas aveugle. On veut plus et tout de suite du latéral.

Milieu, latéraux, attaque... Ce sont finalement 8 joueurs sur 11 qui sont concernés par la remise en question. Scolari qui devrait aligner un onze sans surprise déteste les révolutions mais il attend une révolte à tous les niveaux: mentale, technique et tactique.

pgf/dhe