NOUVELLES
03/07/2014 05:34 EDT | Actualisé 02/09/2014 05:12 EDT

Le festival d'Avignon ouvre vendredi sous haute tension

Le festival d'Avignon ouvrira vendredi soir avec "Le Prince de Hombourg", sans certitude que cette pièce de Heinrich von Kleist ne soit interrompue par les intermittents du spectacles en colère qui ont voté jeudi soir en faveur de la grève, selon un syndicat.

Lors d'une assembléee générale la grève a été votée par 204 voix pour, 144 voix contre et 4 abstentions, a annoncé le syndicat CGT-Spectacle qui a cependant tenu à préciser être favorable à "des grèves votées par les artistes et les techniciens mais pas aux blocages, ni à l'annulation des festivals".

La direction du festival a, de son côté, fait savoir à l'AFP que l'impact de ce vote restait à déterminer spectacle par spectacle.

Outre la grève pour l'ouverture d'Avignon, le syndicat CGT-Spectacle a appelé à une autre journée de mobilisation le 12 juillet pour protester contre la réforme prévue de la convention d'assurance chômage dont ils bénéficiaient jusqu'ici.

Lors de la répétition générale du spectacle d'ouverture mercredi des manifestants sont intervenus et ont perturbé le déroulement de la pièce.

Cette irruption est révélatrice des fortes divisions au sein du mouvement, selon les observateurs car d'un côté, les personnels des festivals sont massivement favorables à leur tenue, accompagnée d'actions de sensibilisation du public. De l'autre côté, les plus radicaux peuvent à tout moment perturber, voire annuler un spectacle même si l'équipe veut jouer.

"Ils peuvent céder à je ne sais quelle ivresse", a dit Paul Rondin, numéro deux d'Olivier Py, le directeur du festival d'Avignon.

Une annulation vendredi de la première du "Prince de Hombourg" coûterait "45.000 euros au festival", souligne-t-il. Cette pièce a été créée en 1951 dans la Cour d'Honneur du Palais des Papes par son fondateur Jean Vilar avec Gérard Philipe.

L'accès de la Cour d'honneur sera certes sécurisé par des agents d'accueil, mais "il n'est pas question de mettre un policier derrière chaque spectateur", dit-il.

L'équipe du "Prince de Hombourg" a préparé un texte de soutien aux intermittents qui doit être lu au début de la représentation. Les comédiens porteront sur leur costume le petit carré rouge symbole de la lutte.

mpf-fio/gg