NOUVELLES
03/07/2014 08:55 EDT | Actualisé 02/09/2014 05:12 EDT

Depuis Lac-Mégantic, 17 trains sont partis à la dérive

LAC-MEGANTIC, CANADA - JULY 14:  Police tape marks the outside boundary of the 'red zone' crash site, on July 14, 2013 in Lac-Megantic, Quebec, Canada. A train derailed and exploded into a massive fire that flattened dozens of buildings in the town's historic district, leaving 60 people dead or missing in the early morning hours of July 6.  (Photo by Ian Willms/Getty Images)
Getty
LAC-MEGANTIC, CANADA - JULY 14: Police tape marks the outside boundary of the 'red zone' crash site, on July 14, 2013 in Lac-Megantic, Quebec, Canada. A train derailed and exploded into a massive fire that flattened dozens of buildings in the town's historic district, leaving 60 people dead or missing in the early morning hours of July 6. (Photo by Ian Willms/Getty Images)

Pas un mois ne s'est écoulé sans que des trains à la dérive aient été signalés au Bureau de la sécurité des transports (BST) cette dernière année, selon les informations obtenues par Radio-Canada grâce à la loi d'accès à l'information. Parmi ceux-ci, une locomotive de la Montreal, Maine and Atlantic (MMA).

Un texte de Bahador Zabihiyan Twitter Courriel

La carte des trains partis à la dérive depuis Lac-Mégantic

Pour voir la carte sur votre appareil mobile, cliquez ici.

La MMA à nouveau impliquée

Ces 17 incidents et accidents sont survenus entre le 6 juillet 2013 (date de l'accident de Lac-Mégantic) et le 3 juin 2014.

Un des cas les plus récents s'est d'ailleurs produit dans les installations de la MMA à Farnham, le 22 mars dernier. Une des locomotives de cette compagnie était stationnée sur une voie secondaire, « avec le frein à main en place et une chaine positionnée sous les roues », indique un résumé de l'évènement rédigé par le BST.

« La pression appliquée sur le frein a diminué à cause d'une fuite et les freins indépendants se sont relâchés lentement », poursuit le BST. De plus, « la chaine utilisée pour bloquer les roues a été inefficace pour prévenir le mouvement, car elle n'a pas mordu dans le rail afin d'arrêter le mouvement de la locomotive ». En tout, la locomotive s'est déplacée d'une soixantaine de mètres, lors de cet évènement que le BST qualifie comme étant un « accident » causé par un « train à la dérive », qui est resté sur une voie secondaire.

Des wagons à la dérive à Edmonton, Régina, Hamilton

Les compagnies ferroviaires sont obligées de rapporter tous les incidents et les accidents au BST. Le niveau de gravité de ces 17 cas de locomotives ou de wagons à la dérive répertoriés par le BST n'est en rien comparable avec celui de la tragédie de Lac-Mégantic, qui a fait 47 morts en juillet dernier. Aucun de ces cas survenus après la tragédie de Lac-Mégantic n'a d'ailleurs fait de blessé.

Mais plusieurs de ces cas de dérive se sont produits dans des villes canadiennes d'importances.

Le 10 avril dernier à Edmonton, lors de l'assemblage d'un convoi dans des installations du Canadien Pacifique (CP) situé à Lambton Park West, cinq wagons se séparent et partent à la dérive. Les wagons traversent sans contrôle un secteur limité d'une voie d'aiguillage « principale », traversent une intersection publique puis s'immobilisent à 400 mètres à l'ouest de l'intersection avec la 50e rue, indique le BST dans son résumé. Cet évènement est qualifié « d'incident ».

Les wagons à la dérive peuvent parfois contenir des matières dangereuses, comme ce fut le cas à Régina le 24 juillet 2013. Lors de manoeuvres dans des installations du CP, trois wagons contenant du gaz et deux contenants du pétrole brut ont dévalé la voie ferrée et parcouru plus de 120 mètres, après avoir endommagé au passage un aiguillage. L'« incident » n'a eu aucune autre conséquence, note le BST.

Certains convois ferroviaires peuvent ainsi dériver sur une distance de plusieurs kilomètres, avant d'être interceptés. Le 8 mars dernier, dans la gare de triage du Canadien National (CN) à Edmonton, 14 wagons d'automobiles se séparent lors d'un changement de voie ferrée. Ils dériveront vers l'est sur une distance de près de deux kilomètres dans les installations ferroviaires du secteur de Bissell, selon le rapport d'incident.

Une dérive passée inaperçue

Parfois, les compagnies ferroviaires ne s'aperçoivent pas qu'un wagon est parti à la dérive. Cela a été le cas à Waterdown North, près de Hamilton. La police de cette ville de l'Ontario a averti le CP le 6 avril dernier qu'un signal à un passage à niveau avait été déclenché. Un employé du CP s'y est rendu et a retrouvé un wagon vide qui avait dérivé et déraillé sur cette voie secondaire située dans au nord du secteur industriel de Waterdown.

Les convois qui partent à la dérive peuvent être parfois très longs, et comprendre des wagons chargés et une locomotive. Ainsi, le 22 février dernier, près de la communauté de Fording en Colombie-Britannique, un convoi composé de 64 wagons chargés de charbon et une locomotive se retrouve à 1,2 kilomètre de la mine Tech Coal, où il était stationné, révèlent les données du BST.

Les convois à la dérive causent parfois des frayeurs aux employés des compagnies ferroviaires. Ainsi, le 16 janvier dernier, une pièce de machinerie sur rail, destinée à une opération de déneigement, a dérivé sur la voie ferrée alors que les employés effectuaient des manoeuvres. Ces derniers ont poursuivi la machine avec leur camionnette avant qu'elle ne s'arrête après un périple de plus de deux kilomètres.

Les trains à la dérive, une situation rare, mais prise très au sérieux

« Les trains à la dérive [...] ne sont pas une chose courante et sont pris avec beaucoup de sérieux », explique un expert ferroviaire, qui a déjà travaillé pour une compagnie de chemin de fer canadienne. « En fait, même s'il n'arrive pas d'incident majeur à la suite d'un train à la dérive, il y a normalement une enquête interne pour identifier les causes », explique cet expert. Lui-même a déjà été témoin d'une situation où un train a commencé à se déplacer seul dans une gare de triage, avant d'être arrêté par les employés.

Les causes de ces trains à la dérive peut être diverses : erreur humaine, problème technique ou même le vent, si un nombre insuffisant de freins a été appliqué, explique cet expert, qui souhaite garder l'anonymat, car son employeur ne l'autorise pas à parler aux médias.

Les trains à la dérive sont la neuvième cause d'accidents et d'incidents ferroviaires au Canada, selon les données du BST compilées par Radio-Canada.

Sur les 20 809 évènements recensés par les BST, on recense plus de 489 cas de locomotives ou de wagons à la dérive entre janvier 2000 et le janvier 2014, selon une compilation effectuée par Radio-Canada. Sans inclure la tragédie de Lac-Mégantic, les accidents ayant pour cause un train à la dérive ont fait au moins trois morts en quatorze ans.

Avec Florent Daudens et Santiago Salcido

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo 7 points inquiétants sur l’industrie ferroviaire Voyez les images