NOUVELLES
03/07/2014 02:49 EDT | Actualisé 01/09/2014 05:12 EDT

Koweït: la police disperse une manifestation de soutien à un opposant

La police koweïtienne a dispersé à coups de grenades lacrymogènes une manifestation de soutien à Musallam al-Barrak, un leader de l'opposition placé en garde à vue pour insulte à la justice, ont indiqué jeudi des témoins.

De nombreux partisans de M. Barrak s'étaient rassemblés mercredi soir devant sa résidence à Koweït avant de marcher en direction de la prison centrale où il est détenu, en demandant sa remise en liberté.

La police est intervenue devant la prison en dispersant la foule à coup de gaz lacrymogènes et de bombes assourdissantes, ont rapporté les témoins.

Après avoir été longuement interrogé, M. Barrak a été placé mercredi en garde à vue pour dix jours.

Un recours introduit jeudi par ses avocats pour obtenir sa libération jusqu'à l'ouverture du procès, prévu lundi, a été rejeté, a indiqué un avocat de la défense, Thamer al-Jadaeï.

L'opposition s'est aussitôt réunie pour décider des actions à entreprendre.

M. Barrak fait l'objet de deux plaintes pour des propos tenus lors d'une manifestation le 10 juin, jugés insultants pour la justice.

Il avait dénoncé l'inaction de la justice après avoir accusé de hauts responsables, dont des membres de la famille princière des Al-Sabah, d'avoir détourné des dizaines de milliards de dollars de fonds publics.

Ces accusations ont été reprises par un membre de la famille princière, cheikh Ahmed Fahd Al-Sabah qui doit témoigner jeudi devant la justice.

Cette affaire fait craindre une nouvelle période d'instabilité politique au Koweït après des mois de calme ayant suivi des disputes politiques récurrentes entre le gouvernement et le Parlement.

Le pays a traversé de la mi-2006 jusqu'à 2013 une période de turbulences politiques qui a vu la démission d'une dizaine de gouvernements et la dissolution de six Parlements.

oh/mh/tm/faa