NOUVELLES
03/07/2014 08:05 EDT | Actualisé 02/09/2014 05:12 EDT

Israël envoie des renforts le long de sa frontière avec la bande de Gaza

JÉRUSALEM - Israël a commencé jeudi à déployer des renforts militaires le long de sa frontière avec la bande de Gaza.

Cela pourrait indiquer qu'une opération d'envergure se prépare dans le territoire palestinien, après des jours de tirs de roquettes.

Plus d'une douzaine de roquettes ont touché Israël jeudi, détruisant notamment deux maisons de la ville de Sderot, dans le sud du pays. On rapporte des pannes d'électricité dans la ville, mais aucune victime.

Israël dit avoir répliqué en frappant une quinzaine de cibles du groupe extrémiste Hamas.

Un porte-parole de l'armée israélienne, le colonel Peter Lerner, a indiqué que ces déploiements étaient de nature «défensive», mais qu'Israël se tenait prêt à répondre à toute nouvelle violence provenant du territoire palestinien.

«Toutes nos mesures visent à désescalader la situation, mais aussi à être prêts à réagir s'ils ne désescaladent pas de leur côté», a-t-il dit.

Des responsables militaires israéliens ont révélé, sous le couvert de l'anonymat, que des chars, des pièces d'artillerie et des soldats avaient été déployés le long de la bande de Gaza.

À Gaza, deux dirigeants du Hamas ont déclaré que le groupe n'avait «aucun intérêt» à escalader le conflit et espérait pouvoir restaurer le cessez-le-feu conclu en 2012. Ils ont toutefois prévenu que les tirs de roquettes se poursuivraient tant qu'Israël continuerait à attaquer la bande de Gaza.

Les dirigeants du Hamas ont ajouté, sous le couvert de l'anonymat, que leurs messages envoyés à Israël avaient été rejetés.

«Israël attaque Gaza depuis l'enlèvement des adolescents, a dit l'un d'eux. Quand Israël cessera d'attaquer Gaza, nous sommes prêts à immédiatement respecter la trêve.»

Pendant ce temps, à Jérusalem-Est, la police tentait toujours d'élucider la disparition du jeune Mohammed Abou Khdeir et d'identifier formellement un corps calciné retrouvé dans une forêt près de la ville.

La famille du jeune homme affirme que la dépouille est la sienne et qu'il a été tué par des colons israéliens extrémistes pour venger le meurtre de trois jeunes Israéliens en Cisjordanie.

La disparition du jeune Kheidr a donné lieu à de violents affrontements entre policiers et manifestants à Jérusalem-Est, mercredi.

D'autres violences ont éclaté jeudi. Des dizaines de jeunes Palestiniens masqués ont lancé des pierres et des bombes incendiaires aux policiers, qui ont répliqué avec des grenades de surpression et des gaz lacrymogènes. On ne rapporte aucun blessé.