NOUVELLES
03/07/2014 04:30 EDT | Actualisé 01/09/2014 05:12 EDT

GB: la sécurité renforcée dans les aéroports "ne devrait pas affecter" les voyageurs

Le secrétaire d'Etat britannique aux Transports, Patrick Mc Loughlin, a assuré jeudi que le renforcement des contrôles dans les aéroports du pays ne "devrait pas affecter" les voyageurs, à la suite de la demande de Washington d'être plus vigilant face aux nouvelles menaces terroristes.

Ces contrôles renforcés "seront effectués là où les passagers passent la sécurité. J'espère que cela ne va pas entraîner d'importants retards", a déclaré Patrick Mc Loughlin à la chaîne SkyNews, alors que les premiers départs en vacances ont commencé.

"Nous allons travailler avec les aéroports afin de nous assurer que les personnes voyageant pour leur travail ou pour leurs vacances ne soient pas affectées", par ces mesures de sécurité renforcées.

Face aux nouvelles stratégies utilisées par les extrémistes pour tromper les contrôles, le gouvernement américain a demandé à certain aéroports d'Europe et du Proche-Orient desservant les Etats-Unis, de renforcer leurs mesures de sécurité.

"Il est très important de travailler - comme nous le faisons - avec nos partenaires américains et les autres pays afin de mettre en place, là où sont identifiées de nouvelles menaces, des réponses appropriées dans les aéroports du monde entier", a déclaré le vice-premier ministre, Nigg Clegg, à la chaîne ITV.

"J'espère que les voyageurs comprendront que nous devons travailler tous ensemble pour faire face aux personnes qui veulent nuire", a-t-il ajouté.

Les autorités britanniques n'ont pas précisé en quoi consistaient ces nouvelles mesures et la plupart des aéroports se refusent à tous commentaires.

"Les fouilles effectuées au hasard vont se multiplier, certains passagers devront enlever leurs chaussures et pour certaines destinations, ils devront tous les enlever", a cependant expliqué Philip Baum, expert de la sécurité aérienne britannique interrogé par Sky News.

La demande du gouvernement américain intervient à l'avant-veille de la fête nationale du 4 juillet. Mais les autorités ont refusé de préciser si cela répondait à une menace précise.

sds/jh