NOUVELLES
03/07/2014 11:44 EDT | Actualisé 03/07/2014 12:17 EDT

Eugenie Bouchard en finale de Wimbledon, un exploit historique! (PHOTOS)

GLYN KIRK via Getty Images
Canada's Eugenie Bouchard returns to Romania's Simona Halep during their women's singles semi-final match on day ten of the 2014 Wimbledon Championships at The All England Tennis Club in Wimbledon, southwest London, on July 3, 2014. AFP PHOTO / GLYN KIRK - RESTRICTED TO EDITORIAL USE (Photo credit should read GLYN KIRK/AFP/Getty Images)

La Québécoise Eugenie Bouchard s'est qualifiée, jeudi, pour la finale de Wimbledon grâce à un gain de 7-6 (7/5) et 6-2 face à la Roumaine Simona Halep (no 3).

À 20 ans, Bouchard a mis 90 minutes pour réaliser l'exploit historique d'être la première joueuse canadienne à atteindre la finale d'un tournoi du grand chelem. Déjà cette saison, elle avait pris part aux demi-finales en Australie et à Roland-Garros.

En finale, samedi, Bouchard affrontera la Tchèque Petra Kvitova (no 6), championne sur le légendaire gazon anglais en 2011.

La première manche a donné lieu à des échanges soutenus et à de belles démonstrations de puissance de part et d'autre. Brisée à son deuxième passage au service, Bouchard a aussitôt rendu la politesse pour faire 2-2.

Sur le point de bris, Halep a semblé se tordre la cheville gauche en poursuite de la frappe de Bouchard.

Le jeu a été interrompu pendant quelques minutes, le temps que la thérapeute applique un bandage autour de l'articulation endolorie. Ce nouveau pansement s'ajoutait à celui déjà très visible entourant sa cuisse gauche.

À la reprise, Bouchard a obtenu deux nouvelles balles de bris pour passer en avant 4-2, mais Halep a tenu le coup. Il en fut ainsi jusqu'au jeu décisif. Et dans une séance de qui-perd-gagne où 7 des 9 premiers points du bris d'égalité ont été inscrits sur le service de l'autre, Bouchard a eu le dernier mot.

Dès lors, on a vu Bouchard augmenter la cadence. Dès le troisième jeu de la seconde manche, la joueuse de Westmount enregistrait le bris qui a semblé sapé le moral de sa rivale. Perdant ses moyens et visiblement ennuyée et ralentie par sa blesure à la cheville, Halep n'a rien pu faire pour empêcher Bouchard de creuser l'écart avec un autre bris au cinquième jeu pour se forger une priorité de 4-1.

À 5-1, Halep a sauvé trois balles de match. Nerveuse, Bouchard a conclu au jeu suivant sur sa sixième balle de match pour passer à l'histoire. À 48 heures de la finale, la voilà avec une fiche de 16-2 en tournois du grand chelem en 2014.

Une autre grosse pointure

De son côté, Kvitova a eu raison de sa compatriote Lucie Safarova (no 23) en deux manches de 7-6 (8/6) et 6-1, atteignant la grande finale pour la deuxième fois de sa carrière, après deux quarts de finale en 2012 et 2013.

La première manche s'est ouverte avec Kvitova rapidement en avant 2-0. Mais Safarova a aussitôt ramené tout le monde à la case départ. La logique du service a ensuite été respectée jusqu'au bris d'égalité.

La perte de contrôle de Safarova avec ses premières balles de service a transformé la deuxième manche en simple formalité. Kvitova s'est imposée en seulement 25 minutes.

« Lucie a très bien joué et j'ai dû donner ce que j'avais de meilleur pour la battre. Je suis évidemment très heureuse de ce résultat. J'ai maintenant deux jours pour me préparer pour la finale. Je connais la joie que procure le fait de soulever le plateau de la championne. Je veux revivre ce moment », a déclaré Kvitova.

La Tchèque, qui avait atteint son meilleur classement à la WTA (2e) l'année de son couronnement à Londres, a mis un peu de temps avant de confirmer son potentiel dans les tournois du grand chelem. Cette saison, elle avait connu dès sortie précoce au premier tour en Australie et au troisième à Roland-Garros.

Sa préparation pour Wimbledon ne s'était pas passée de la meilleure des manières, puisqu'elle avait dû déclarer forfait avant les quarts de finale à Eastbourne en raison d'une blessure aux adducteurs.

Mais sur le gazon londonien, ses succès faciles lors des deux premiers tours l'ont remise en selle. Son véritable test, Kvitova l'a vécu au troisième tour contre l'Américaine Venus Williams, quintuple gagnante du trophée. C'est le seul match où elle a dû batailler pendant trois manches.

Abanda lâche prise

De son côté, la Canadienne Françoise Abanda (no 7) a connu une fin de parcours amère en huitièmes de finale du tableau junior.

Abanda s'est inclinée en deux manches de 6-7 (6/8), 7-6 (7/5) et 2-6 devant la Tchèque Marketa Vondrousova (no 12).

La Québécoise a laissé filer une avance de 5-1 en première manche avant de s'effondrer et de perdre la manche au jeu décisif. Pire encore, Abanda était en avant 6-0 dans ce bris d'égalité, qu'elle a finalement perdu en donnant 8 points de suite à sa rivale.

La déconvenue s'est poursuivie dans la deuxième manche. La Tchèque s'est rapidement forgé une avance de 4-0. Mais à l'inverse de ce qui s'est produit en début de rencontre, c'était au tour d'Abanda de relever la tête au point de forcer la tenue d'un autre jeu décisif. Après avoir gaspillé une autre balle de manche à 6-5, Abanda s'en est tirée avec un point contre le service de Vondrousova.

Le patron s'est répété dans la manche ultime. Abanda s'est retrouvée encore en retard 0-4. Sauf que cette fois, son adversaire a tenu le coup. Quand Abanda s'est enfin retroussée les manches, il était trop tard.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Eugenie Bouchard Voyez les images