NOUVELLES
03/07/2014 07:15 EDT | Actualisé 02/09/2014 05:12 EDT

Double acquittement au procès pour sodomie de deux Zambiens

Deux Zambiens d'une vingtaine d'années, inculpés de sodomie et en détention depuis un peu plus d'un an, ont été acquittés faute de preuves jeudi par la justice de leur pays où l'homosexualité demeure interdite.

"L'accusation n'a pas réussi à apporter des preuves et en conséquence, je les acquitte", a déclaré le juge Johan Mbuzi du tribunal de Kapiri Mposhi (centre-nord), à l'issue d'une audience tenue en présence d'observateurs étrangers et devant une salle comble.

Philip Mubiana, un coiffeur de 22 ans, et James Mwape, un maçon de 21 ans, avaient été arrêtés en mai 2013 après avoir été dénoncés par la famille du plus âgé des deux.

A l'issue de l'audience, l'hostilité envers les deux accusés n'était pas retombée.

La grand-mère de Philip Mubiana s'est plainte de l'acquittement.

"Comment je vais faire maintenant pour avoir des petits-enfants qui prendront soin de moi? Je suis vieille et j'ai besoin d'enfants pour s'occuper de moi. Ce n'est pas juste, la loi devait être appliquée", s'est-elle lamentée.

Un diplomate allemand a été pris à parti pour avoir prodigué une assistance juridique aux prévenus.

"Donnez-nous une aide économique au lieu de cette foutaise. Ici, c'est un pays chrétien et nous n'allons pas autoriser le mariage homosexuel. Si vous ne voulez pas nous aider, fichez le camp", lui a lancé Kevin Mukuka, un leader local du Front Patriotique, le parti du président Michael Sata.

Inculpés pour "sodomie" et "relations charnelles contre nature", les deux accusés risquaient 15 ans de prison (bien 15 ans). Tous deux avaient plaidé non coupable.

Les relations entre personnes du même sexe sont interdites en Zambie depuis la période coloniale britannique.

Ce procès d'un couple présumé gay est l'un des premiers de l'histoire récente de la Zambie, pays conservateur mais où les militants des droits de l'homme font état d'une hostilité croissante envers les homosexuels.

En avril 2013, le militant Paul Kasonkomona avait été arrêté après une émission de télévision où il avait défendu le mariage gay et appelé à une reconnaissance légale de l'homosexualité pour mieux lutter contre le sida.

Poursuivi pour "incitation à prendre part à des activités immorales", il a été acquitté en février 2014, le parquet n'ayant pas suffisamment étayé le dossier.

L'homosexualité est illégale dans la plupart des pays africains et la discrimination est monnaie courante sur le continent où la législation a été durcie récemment en Ouganda et au Nigeria.

os-clr/liu/jlb