NOUVELLES
03/07/2014 10:19 EDT | Actualisé 02/09/2014 05:12 EDT

Des rebelles libyens à Sarajevo pour la projection d'un film racontant leur combat

Une centaine d'anciens rebelles de Zintan, bastion montagnard de l'ouest libyen pendant l'insurrection en 2011 contre le régime de Mouammar Kadhafi, a assisté jeudi à Sarajevo à la première mondiale d'un documentaire, "Tomorrow Tripoli", racontant leur combat.

Le réalisateur français de ce film qui dure plus de quatre heures, Florent Marcie, a vécu pendant huit mois aux côtés de ces insurgés, ce qui lui a permis de gagner leur confiance et de pouvoir pratiquement assister à leurs combats au quotidien.

"Je suis entré en Libye fin février 2011 par l'ouest, une zone par laquelle des journalistes n'allaient pas vraiment", a raconté M. Marcie à l'AFP.

"Je me suis rapproché de Zintan, j'ai vu qu'il y avait quelque chose de particulier dans cette ville et je m'y suis installé. J'ai ensuite découvert des combattants hors pair, des vrais, des gens qui ont fait des embuscades, qui ont été très actifs", dit-il.

Il partage la vie au jour le jour avec ses combattants dans leurs ville d'abord encerclée par les troupes du régime, puis observe le mouvement de guérilla grossir, assiste à ses batailles et aux prises de guerre.

Une des scènes du film montre la mort du chef culte de la brigade de Zintan, Mohammed Ali Madani, qui avait mis sur pied une véritable armée parmi les tribus de Zintan, avant d'être fauché par les balles de l'armée de Kadhafi en mai 2011.

"Nous sommes venus faire un cadeau à Florent qui, pour nous, est un héros aussi. Il a été avec nous depuis le début et il a partagé notre sort", dit Mohammad Tawfik, 41 ans, ancien combattant de Zintan aujourd'hui employé au ministère libyen de la Défense.

Le film a été projeté dans le cadre de la première édition du festival "Warm", consacré aux conflits contemporains.

Ce festival a été organisé dans la capitale bosnienne - assiégée pendant 44 mois durant le conflit inter-communautaire bosnien (1992-95) -, par des reporters de guerre et est dirigé par Rémy Ourdan, journaliste du quotidien français Le Monde.

rus/cn/bir