NOUVELLES
03/07/2014 02:43 EDT | Actualisé 02/09/2014 05:12 EDT

Brésil: la présidente-candidate Dilma Rousseff profite du Mondial (sondage)

Le succès du Mondial-2014 au Brésil a amélioré l'humeur des Brésiliens et profite à la présidente-candidate Dilma Rousseff qui gagne quatre points d'intentions de vote, selon un sondage publié jeudi.

La présidente de gauche Dilma Rousseff, 66 ans, qui briguera un second mandat à l'élection du 5 octobre prochain, grimpe de 34% à 38% des intentions de vote de début juin à début juillet, selon ce sondage de l'institut Datafolha publié par le quotidien Folha de Sao Paulo.

Le principal rival de Dilma Rousseff, le sénateur social-démocrate Aecio Neves progresse lui d'un point (19% à 20%) et l'opposant socialiste Eduardo Campos de deux points (7% à 9%).

L'enquête montre également que l'opinion des Brésiliens vis-à-vis de la Coupe du Monde, qui se déroule avec succès, malgré des craintes initiales de manifestations violentes et de désorganisation, s'est sensiblement améliorée.

Alors qu'en juin, à peine la moitié des Brésiliens était pour le Mondial au Brésil, ils sont maintenant 63% à le soutenir.

"Le Mondial a amélioré l'état d'esprit du Brésilien, qui était très pessimiste, et profite à la présidente Dilma Rousseff", a commenté pour l'AFP Ricardo Ribeiro, analyste pour MCM Consultores.

"L'enquête montre une amélioration de la perception de la présidente mais aussi de l'économie, alors qu'aucune amélioration réelle ne s'est produite dans ce domaine. Le Brésilien est plus optimiste. La Coupe a amélioré son état d'esprit", a-t-il ajouté.

Selon cet analyste, une élimination du Brésil en quart de finale contre la Colombie pourrait en partie seulement tempérer ce regain de bonne humeur.

"S'ils perdent, cela refroidira un peu les esprits, mais le Brésil est arrivé suffisamment loin dans la compétition pour que les Brésiliens ne soient pas totalement déçus".

"Le Mondial permet à Dilma Rousseff de rester une candidate forte, légèrement favorite, mais cet effet s'estompera dès que la campagne électorale commencera", a estimé pour sa part Rafael Cortez du cabinet de consultants Tendencias.

"La Coupe représente une grande distraction pour une bonne partie de l'électorat, elle soulage les mécontents en mobilisant l'attention au jour le jour. Mais pour combien de temps?" s'interroge l'analyste politique José Roberto de Toledo dans un blog publié par le quotidien O Estado. "La présidente ne peut pas encore crier victoire, car cette enquête montre en réalité plus de stabilité qu'une réelle progression".

"Nous avons marqué une volée de buts aux pessimistes et à ceux qui annonçaient le chaos, alors que la Coupe est un succès dans tout le Brésil", s'est félicitée cette semaine Dilma Rousseff.

ym/pal/ras