Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le PDG d'Hydro-Québec, Thierry Vandal, n'est pas assujetti aux décisions de la société d'État (TWITTER)

Un client d’Hydro-Québec qui ne veut pas de nouveau compteur doit s'en faire installer un que l’on dit «non communicant» et, par conséquent, payer des frais de 48 $. D’autres, comme le PDG d’Hydro-Québec, Thierry Vandal, n’ont pas à débourser cette somme puisqu’ils ne sont pas assujettis aux décisions de la société d’État.

Étrange, non ? À vrai dire, pas totalement, selon ce qu’a constaté la chaîne Argent. Et sachez que le PDG qui a reçu une rémunération totale de 573 409$ en 2013 n’a rien à voir avec cette décision.

Car l’homme d'affaires qui réside sur le flanc du Mont-Royal, dans la ville cossue de Westmount, n’est pas desservi par la société d’Hydro-Québec, mais plutôt par Hydro-Westmount, un réseau municipal qui possède ses propres infrastructures.

Il n’est donc pas le seul à avoir ce privilège, nous apprend la chaîne Argent: les Westmountais ne se feront pas installer les nouveaux compteurs intelligents qu’Hydro-Québec déploient sur le territoire de la province.

INOLTRE SU HUFFPOST

Hydro-Québec

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.