Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Israël: un dirigeant islamiste interdit de se rendre à l'étranger (ministère)

Un dirigeant du Mouvement islamique actif parmi les Arabes israéliens, cheikh Raëd Salah, s'est vu interdire de se rendre à l'étranger pour éviter de porter atteinte à la "sécurité de l'Etat", a indiqué mercredi le ministère de l'Intérieur.

Le ministre de l'Intérieur Gideon Saar a interdit à cheikh Raëd Salah de voyager à l'étranger en estimant qu'il pouvait "porter atteinte à la sécurité de l'Etat". Le ministère dispose de "renseignements faisant état de son projet de se livrer à des activités illégales" à l'étranger, a ajouté le ministère dans un communiqué sans donner de détails sur les pays dans lesquels Raëd Salah comptait se rendre.

Raëd Salah, un Arabe israélien, chef de l'aile radicale du Mouvement islamique en Israël, avait été condamné à huit mois de prison début mars pour avoir incité les musulmans à la violence sur l'esplanade des Mosquées dans la vieille ville de Jérusalem.

En 2010, il avait passé 5 mois derrière les barreaux pour avoir craché sur un policier israélien.

Le Mouvement islamique est une organisation légale en Israël mais étroitement surveillée. Une de ses factions est soupçonnée d'être en contact avec le mouvement islamiste palestinien Hamas, qui contrôle sur le plan sécuritaire la bande de Gaza.

La communauté des Arabes israéliens, descendants des 160.000 Palestiniens restés sur leur terre après la création d'Israël en 1948, compte aujourd'hui plus de 1,4 million de personnes, soit 20% de la population totale. Elle souffre de discriminations, notamment en matière d'emploi et de logement.

jlr/hj

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.