Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Dopage - Powell autorisé à recourir en attendant la décision du TAS

Asafa Powell, suspendu 18 mois pour dopage, a été autorisé mercredi à recourir par le Tribunal arbitral du sport (TAS) qu'il a saisi pour tenter d'obtenir une réduction de sa suspension.

"Le TAS a confirmé la demande de levée de l'exécution de la suspension frappant les sprinteurs jamaïcains Asafa Powell et Sherone Simpson en attendant la résolution de l'arbitrage conduit par le TAS", a indiqué le TAS dans un communiqué.

"Les athlètes peuvent participer à partir de maintenant à toute compétition, mais devront purger le reste de leur suspension si elle est confirmée par le TAS", a poursuivi le Tribunal arbitral du sport.

Dans la foulée de cette annonce, Powell a fait part de sa satisfaction sur son compte Twitter: "Ce n'est pas fini, mais il y a de la lumière au bout du tunnel".

Selon la presse jamaïcaine, il pourrait participer aux Championnats de Jamaïque du 26 au 29 juin à Kingtson.

L'ancien détenteur du record du monde du 100 m a fait appel le 26 mai de la suspension de 18 mois que lui a infligé le Comité antidopage jamaïcain (Jadco) le 10 avril pour avoir été contrôlé positif à un stimulant, l'oxilofrine, lors des Championnats de Jamaïque fin juin 2013.

Sa suspension le privait initialement de compétition jusqu'au 28 décembre 2014

Sa partenaire d'entraînement, Sherone Simpson, qui a été également suspendue pour 18 mois pour dopage pour un contrôle positif au même stimulant lors des mêmes sélections jamaïcaines, a elle aussi fait appel devant le TAS.

"Les athlètes estiment que leur infraction est mineure et demandent à ce que leur suspension soit réduite à trois mois", a rappelé le TAS qui se réunira les 7 et 8 juillet pour étudier ce dossier.

jr/jgu

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.