NOUVELLES
17/06/2014 01:34 EDT | Actualisé 16/08/2014 05:12 EDT

Un fonds de Hong Kong rachète le Marriott des Champs-Elysées pour 344 M EUR

Le fonds d'investissement hongkongais Kai Yuan Holdings a annoncé mardi le rachat de l'hôtel Marriott sur les Champs-Elysées, pour 344,5 millions d'euros, au groupe immobilier français MCE PropCo, avec le projet d'en faire une référence dans le haut de gamme pour les touristes chinois.

Spécialisé dans l'énergie et l'acier en Chine, l'acquéreur ambitionne d'attirer une clientèle chinoise argentée dans cet établissement cinq étoiles situé à Paris sur l'avenue des Champs-Elysées.

Kai Yuan va recourir à l'emprunt pour financer l'acquisition, qui comprend les murs et l'exploitation de l'hôtel et qui devrait être finalisée au plus tard le 5 septembre. Un actionnaire lui accordera notamment un prêt de 280 millions de dollars (206 millions d'euros).

Installé dans un immeuble de 1914, le "Paris Marriott Hotel Champs-Elysee" offre 167 chambres, 25 suites et près de 600 mètres carrés d'espace de réunion répartis sur 7 étages.

A deux pas de l'Arc de Triomphe et des boutiques de luxe et de grand luxe qu'affectionnent les Chinois fortunés, l'hôtel accueille actuellement une clientèle venue surtout d'Amérique du Nord, du Proche-Orient et d'Europe.

"Le groupe considère que davantage d'effort doit être porté sur le marché chinois" pour améliorer si possible le taux d'occupation de 88% enregistré ces trois dernières années, a précisé Kai Yuan dans un communiqué boursier.

Cotée à Hong Kong, Kai Yuan Holdings a des intérêts dans les réseaux de chauffage de plusieurs municipalités du nord de la Chine, et la métallurgie avec des participations dans des filiales de l'aciériste Rizhao Steel. Il employait un peu plus de 200 personnes fin 2013.

L'an dernier, le groupe a dégagé un chiffre d'affaires de 757,5 millions de dollars de Hong Kong (72 millions d'euros) contre 659 millions en 2012 (+15%) et réduit sa perte nette à 104,9 millions contre plus de 1 milliard de dollars HK l'année précédente.

Affecté par le ralentissement de la demande chinoise et la baisse des cours des matières premières sur un marché caractérisé par une offre excédentaire, Kai Yuan a mis fin au quatrième trimestre 2013 à ses activités de trading de minerai.

Il s'est également désengagé de l'exploitation du métro de Shanghai.

Dans son rapport financier 2013, Kai Yuan indiquait vouloir se diversifier à Hong Kong dans le financement d'entreprises, l'hôtellerie et "continuer à explorer les opportunités" dans des secteurs variés "y compris, mais sans s'y limiter, en Asie et en Europe".

Il possède à Hong Kong l'hôtel Butterfly in Waterfront (anciennement Hotel de Edge), un établissement 90 chambres.

gab/jh

MARRIOTT INTERNATIONAL