NOUVELLES
17/06/2014 08:18 EDT | Actualisé 17/08/2014 05:12 EDT

Policiers et grévistes s'affrontent en marge de la grève à la SNCF

PARIS - Les policiers antiémeute français ont affronté mardi des employés ferroviaires en grève qui ont lancé des bouteilles et interféré avec la circulation automobile pour dénoncer un projet de loi qui réformerait le système ferroviaire public.

La grève dure depuis une semaine et cause certains des pires problèmes à toucher le réseau ferroviaire français en plusieurs années. Le projet de loi sera discuté au Parlement mardi, ce qui alimente le mécontentement des grévistes.

La loi réunirait la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) au Réseau ferré de France (RFF), ce qui accentuerait la concurrence dans ce domaine. Les ouvriers craignent des pertes d'emploi et soulèvent des questions de sécurité. Le gouvernement affirme que la nouvelle structure est nécessaire, puisque la France et d'autres pays européens se préparent à la libéralisation complète des chemins de fer au cours des prochaines années.

Plusieurs centaines de grévistes ont manifesté mardi près de l'Assemblée nationale, à Paris. Ils agitaient des drapeaux syndicaux rouges et réclamaient que la loi soit retardée ou modifiée.

Les manifestants ont bloqué la circulation automobile et tenté de contourner la police pour s'approcher du Parlement, en tirant des fusées et en lançant des bouteilles. La police a répliqué avec des gaz lacrymogènes et des matraques, et plusieurs manifestants ont été jetés au sol. Les grévistes ont alors battu en retraite et leur manifestation a pu se poursuivre pacifiquement.

Plus tard mardi, la télévision française a diffusé des images de manifestants marchant sur les rails à la gare parisienne très achalandée de Montparnasse, qui relie les voyageurs à des villes de l'ouest et du sud-ouest du pays.

La grève a débuté mercredi dernier et interfère avec les déplacements ferroviaires à travers le pays, même si seulement une minorité d'employés y participent. Environ le tiers des trains avaient été annulés mardi.

La grève ne touche pas les déplacements internationaux, comme l'Eurostar entre Londres et Paris, mais elle nuit aux déplacements vers et depuis l'aéroport Charles-de-Gaulle.