NOUVELLES
17/06/2014 05:21 EDT | Actualisé 17/08/2014 05:12 EDT

Pakistan: heurts entre police et militants politiques à Lahore, 7 morts (hôpital)

Au moins sept personnes ont été tuées et 80 blessées mardi dans des affrontements entre la police et des partisans d'un leader religieux à Lahore, la grande ville de l'est du Pakistan, selon un hôpital la ville, peu habituée à de tels débordements meurtriers.

Les violences ont éclaté après que la police a voulu enlever des barrières de protection, jugées illégales, érigées autour du siège du Mouvement du peuple du Pakistan (Pakistan Awami Tehreek, PAT), le parti du chef religieux populiste Tahir-ul Qadri, selon la police.

Tahir ul-Qadri s'était fait connaître en décembre 2012 et janvier 2013 en parvenant à mobiliser, alors qu'il rentrait tout juste d'un exil volontaire de sept ans au Canada, des dizaines de milliers de personnes à Lahore (est) puis dans la capitale Islamabad pour réclamer des réformes et la fin de la corruption au sein de l'Etat.

Ces incidents interviennent alors que M. Qadri vient d'annoncer qu'il rentrerait au Pakistan lundi prochain, 23 juin, pour y lancer la "révolution verte", une mobilisation populaire destinée à sortir le pays "de la crise économique, de la pauvreté, de la corruption et du terrorisme".

"Nous avons reçu sept cadavres, dont ceux de deux femmes, tous avec des blessures par balles. Nous avons reçu également 80 blessés, dont 40 par balles. Deux sont dans un état critique", a déclaré à l'AFP le docteur Abdul Rauf, un responsable de l'hôpital Jinnah de Lahore.

Les responsables du PAT ont de leur côté affirmé que 12 de leurs employés avaient été tués, et dénoncé une opération politique contre leur parti.

La police a confirmé à l'AFP avoir "lancé la nuit dernière une opération destinée à enlever les barrières illégales installées près du siège du PAT dans le quartier de Model Town. "Les membres du PAT ont refusé, provoquant des affrontements avec la police", a expliqué à l'AFP un haut responsable policier local, Abdul Jabar.

"Nous sommes revenus sur place ce matin avec des renforts. Les membres du PAT ont caillassé les policiers et nos forces ont répliqué par des gaz lacrymogènes pour les disperser. Nous avons réussi à achever l'opération et enlever les barrières malgré la résistance", a-t-il ajouté, sans faire état de victimes.

"Nous avons jeté des pierres pour résister aux tirs directs et à balle réelle de la police sur les manifestants", a de son côté dénoncé un responsable local du PAT, Abdul Hafeez.

"Ils ont lancé cette opération pour s'en prendre à notre mouvement et à la +révolution verte+ promise par notre leader le docteur Tahir ul Qadri", a-t-il conclu.

wh-ks/emd/ia