DIVERTISSEMENT
17/06/2014 10:38 EDT | Actualisé 17/06/2014 10:44 EDT

Zoofest: le blogueur Matthieu Bonin présente «Bonin en pestacle»

Hadi Hassin

Il y a quatre ans, lorsque Matthieu Bonin s’est filmé avec son téléphone dans sa salle de bain pour exprimer sa colère contre le projet de loi 48, c’était sans savoir que cette vidéo récolterait 20 000 visionnements en moins de 24 heures sur Internet et, par-dessus tout, qu’elle le mènerait là où il est aujourd’hui.

Avec une participation cet été au Zoofestoù il présentera son 60 minutes, ses 100 000 abonnées qui le suivent quotidiennement sur Facebook et son site Buzz Bonin, celui qui n’est pas passé par l’école de l’humour et qui a pourtant toujours rêvé d’être à l’avant-scène peut se réjouir de l’aboutissement de ses quatre dernières années de travail.

«Ce fut un concours de circonstances, avoue-t-il à propos de sa percée sur le web. Je pense que j’ai pris une place vacante, que personne n’avait encore prise.»

Originaire de Sainte-Martine, Matthieu Bonin, âgé de 24 ans, s’est imposé sur la toile particulièrement grâce à ses «pétages de coche» filmés avec son iPhone. Tantôt sur les manifestations étudiantes du printemps 2012, tantôt sur la sentence de Guy Turcotte, certaines de ses vidéos ont été visionnées plus de 400 000 fois sur YouTube depuis leur diffusion.

Zoofest

Pour l’humoriste qui a profité de la dernière année pour roder des numéros dans plusieurs villes de la province, cette apparition au Zoofest sera l’occasion de «dater» son public et de faire le point sur les dernières années, marquées de succès et de quelques controverses. On pense notamment à son arrestation à la suite de la diffusion d’une vidéo de son bilan de l'année 2012, dans laquelle il disait de manière «exagérée» espérer qu’un tireur fou entre à l'Assemblée nationale et tire sur les politiciens. Une erreur de parcours, regrette-t-il.

«Ce spectacle, c’est un peu un web-roman de moi, dit-il sans prétention. C’est un livre ouvert sur ce que j’ai fait dans les dernières années. Depuis que je fais du web, je n’ai pas souvent eu l’occasion de faire quelque chose de structuré et dans une belle salle. C’est cool de jouer dans un bar, mais c’est encore plus le fun de jouer avec un micro qui fonctionne.»

L’artisan du web – c’est ainsi qu’il préfère se qualifier – abordera au cours de ses 60 minutes, «écrites» et non improvisées, des thèmes concernant la popularité, ses débuts, son adolescence, des limites en humour et, évidemment, son association avec l’ex-blogueur Gab Roy.

«Je suis quand même associé à lui et j’en suis conscient», avoue-t-il au sujet de ce dernier, qui fait face à quatre chefs d’accusation pour des gestes qui auraient été posés sur une mineure en 2011.

Mais, une chose est sûre, avec ce spectacle qu’il présentera en tournée après le festival, Bonin souhaite à tout prix éviter la controverse et davantage faire rire. «Quand j’ai commencé, je sentais que je pouvais dire n’importe quoi puisque j’étais sur le web. Je me suis tanné de ça, de faire dans la controverse, justifie-t-il. Ça fait de la rage, ce n’est pas agréable d’être dans cet univers-là.»

Bonin en pestacle sera présenté du 13 au 14, 20 au 21 et 27 au 28 juillet au Studio Hydro-Québec du Monument-National.

INOLTRE SU HUFFPOST