NOUVELLES
17/06/2014 04:27 EDT | Actualisé 16/08/2014 05:12 EDT

Mali: un gardien de prison et un détenu tués, plusieurs évasions

Un gardien de prison et un détenu ont été tués à Bamako au cours d'une évasion organisée par un Touareg impliqué dans l'enlèvement de deux Français en 2011 et qui a réussi à s'enfuir avec une dizaine d'autres prisonniers, a-t-on appris mardi de sources pénitentiaires et sécuritaires.

"Mohamed Ali Ag Wassouden, un Touareg qui fait partie des auteurs du rapt de deux Français en 2011 dans le nord du Mali, a organisé lundi une évasion de la prison civile de Bamako", a rapporté à l'AFP une source sécuritaire.

Avec "des complicités extérieures", il avait pu se procurer une arme avec laquelle il a tué un gardien avant de prendre la fuite en compagnie d'une dizaine d'autres prisonniers qui n'avaient toujours pas été retrouvés mardi matin, selon cette source.

Les deux Français, Serge Lazarevic et Philippe Verdon, avaient été enlevés en novembre 2011 à Hombori, dans le nord-est du Mali, par plusieurs hommes armés pour le compte d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Philippe Verdon est mort en 2013, probablement exécuté par Aqmi. Serge Lazarevic est le dernier otage français au Sahel.

Des gardiens de la prison de Bamako ont raconté comment s'était déroulée l'évasion du Touareg et d'autres détenus.

"Nous étions allés ouvrir la porte de la cellule de Mohamed dans le quartier de haute sécurité de la prison. Mon chef était devant mais, dès qu'on a ouvert la porte, Mohamed a utilisé un gaz lacrymogène pour anéantir mon chef, moi, j'ai reculé", a raconté un gardien de prison.

Peu après avoir utilisé le gaz lacrymogène, l'homme "a sorti son arme et a tiré dans la tête de mon chef, un adjudant qui est mort à l'hôpital", a ajouté le gardien.

Le quartier de haute sécurité de la prison de Bamako étant éloigné de la sortie, le détenu touareg a tiré en l'air pour l'atteindre, ce qui a provoqué une atmosphère de panique.

Les autres détenus ont alors compris ce qui était en train de se passer "et cela s'est transformé en mutinerie", a affirmé Moussa Diakité, un autre gardien de prison.

"Au moins une vingtaine de prisonniers ont pris la fuite, mais neuf ont été rattrapés" lundi soir, dont l'un a été tué dans des circonstances inconnues, selon lui.

Le régisseur de la prison a été entendu par les enquêteurs et les forces de sécurité recherchaient activement mardi les prisonniers toujours en fuite.

sd/stb/jlb