NOUVELLES
17/06/2014 12:42 EDT | Actualisé 16/08/2014 05:12 EDT

Japon: un ministre de l'environnement... hostile

Le ministre japonais de l'environnement a dû s'excuser platement mardi après avoir estimé qu'il suffirait de donner de l'argent aux gens de la région de Fukushima pour qu'ils acceptent le stockage de déchets radioactifs.

Pour Nobuteru Ishihara, les autorités locales de cette zone dévastée par l'accident nucléaire de mars 2011 seraient prêtes à construire des aires de stockage pour peu qu'on leur fasse miroiter un avantage financier.

Le gouverneur de Fukushima, Yuhei Sato, est immédiatement monté au créneau pour juger cette sortie "extrêmement regrettable" et "heurtant les sentiments de tous les habitants qui languissent de retourner chez eux".

Depuis l'accident à la centrale nucléaire et les évacuations qui ont suivi, des dizaines de milliers de personnes ne peuvent toujours pas retourner chez elles.

Le prédécesseur de M. Ishihara, Goshi Hosono, un député du Parti Démocratique du Japon aujourd'hui dans l'opposition, a appelé à la démission du ministre, jugeant que cette référence à l'argent "n'aurait jamais dû être faite".

Tout en s'excusant platement devant la presse, le ministre en charge de la reconstruction de cette région dévastée par le tsunami du 11 mars 2011 et la catastrophe nucléaire a indiqué qu'il allait toutefois continué à explorer des voies en vue d'une solution à l'entreposage de ces déchets, y compris par le biais de compensations.

Depuis des mois, le gouvernement central japonais négocie avec les gouvernements locaux de la région pour construire des aires de stockage "temporaires".

si/jlh/jr