NOUVELLES
17/06/2014 04:41 EDT | Actualisé 16/08/2014 05:12 EDT

GB/Iran: Londres s'apprête à rouvrir son ambassade à Téhéran (BBC)

Le chef de la diplomatie britannique, William Hague, devait annoncer mardi la réouverture de l'ambassade du Royaume-Uni à Téhéran qui consacrerait la normalisation des relations bilatérales après trois ans de crise, a annoncé la BBC.

Le ministère des Affaires étrangères a décliné tout commentaire, mais a indiqué que M. Hague s'adresserait au Parlement à 10H30 GMT.

Lundi, le chef de la diplomatie avait fait état d'une annonce "imminente" sur l'état des relations diplomatiques, trois ans après la fermeture de l'ambassade du Royaume-Uni à Téhéran, mise à sac par des manifestants.

En réponse au porte-parole travailliste pour les Affaires étrangères, Douglas Alexander, qui soulignait "l'urgence d'avoir une réelle présence diplomatique à Téhéran", M. Hague a dit lundi aux députés qu'il avait parlé samedi de la question avec son homologue iranien, Mohammad Javad Zarif.

"J'en ai discuté avec lui et j'aurai quelque chose de plus à vous dire à propos de notre conversation de façon imminente", avait-il ajouté.

M. Hague a également indiqué avoir abordé à cette occasion le besoin de porter assistance au gouvernement central irakien dans sa lutte contre les jihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL).

Il a indiqué que Londres envisageait un soutien à Bagdad dans le domaine de la lutte antiterroriste, en excluant cependant toute implication britannique dans des opérations militaires.

Au nombre des scénarios envisagés par le président américain Barack Obama figure le recours à des frappes aériennes grâce à des avions de combat ou des drones, et une coopération avec l'Iran, ce qui constituerait une première après 34 ans de froid.

L'attaque des locaux diplomatiques britanniques à Téhéran par des manifestants hostiles au durcissement des sanctions de Londres contre l'Iran en raison de son programme nucléaire controversé, avaient provoqué une nouvelle crise entre le Royaume-Uni et l'Iran. Les deux pays s'étaient toutefois abstenus d'aller jusqu'à rompre totalement leurs relations diplomatiques.

En février dernier, ils ont officiellement renoué le dialogue direct, mettant fin au régime de protection des intérêts par un pays tiers.

Le rapprochement bilatéral a été facilité par l'élection en juin 2013 du président iranien Hassan Rohani, perçu comme modéré.

dh/sds/jh