POLITIQUE
17/06/2014 08:33 EDT | Actualisé 17/06/2014 08:33 EDT

Deux élèves défendent leur école devant le conseil municipal de Montréal

Radio-Canada.ca

Deux élèves de quatrième année de l'école primaire St-Gérard ont interpellé le maire Coderre, lundi soir, lors de la séance du conseil municipal. Elles le prient d'intervenir pour qu'elles retrouvent leur école, aux prises avec des problèmes de moisissures.

Un texte de François Cormier

Julia Myles et Shanti Proulx ont demandé au maire ce qu'il comptait faire pour régler le problème d'ici septembre 2016. « On a envie de retrouver notre école au plus vite. On sait que ce sera long parce qu'on doit la démolir et la reconstruire », explique Julia Myles. Depuis deux ans et demi, ces deux jeunes élèves de l'école St-Gérard sont déménagées dans une école secondaire en attendant que leur école soit reconstruite. « Nous sommes entourés d'élèves du secondaire. On ne se sent pas vraiment chez nous », ajoute Chanti Proulx.

Le maire Coderre s'est engagé à rencontrer la présidente de la Commission scolaire de Montréal (CSDM), Catherine Harel-Bourdon, pour faire avancer le dossier.

« On a besoin qu'il y ait un leadership politique qui soit pris par la ville de Montréal », explique Philippe Bussière, père d'un élève. « Nous ne sommes pas ici pour montrer les élus du doigt, mais il faut intervenir. Il fallait que la ville s'engage », précise-t-il.

La CSDM presse la ville de Montréal d'agir

La CSDM demande aux élus municipaux d'accorder rapidement les permis de démolition des écoles Saint-Gérard, de Villeray, et Baril, d'Hochelaga Maisonneuve.

Les deux écoles contaminées par les moisissures sont fermées depuis trois ans.

Le 3 juin dernier, le Conseil du patrimoine de Montréal a rendu un avis défavorable à la démolition et la reconstruction des écoles qui ont une valeur patrimoniale, et suggère de les décontaminer.

La présidente de la CSDM estime que le Conseil du patrimoine ne peut émettre que des recommandations et que les élus municipaux peuvent décider de passer outre et d'accorder les permis de démolition. La décision doit être prise cet été pour une rentrée dans des écoles neuves en septembre 2016.