NOUVELLES
17/06/2014 10:16 EDT | Actualisé 17/08/2014 05:12 EDT

Biens mal acquis: la plainte du Sénégal contre Karim Wade classée sans suite en France

La plainte déposée en France en décembre 2012 par l'Etat sénégalais contre Karim Wade, fils de l'ancien président Abdoulaye Wade, accusé de détournements de fonds, a été classée par le parquet financier, ont déclaré mardi ses avocats français.

Actuellement détenu au Sénégal, Karim Wade sera jugé dans ce pays à partir du 31 juillet pour enrichissement illicite devant une cour spéciale réactivée par le président Macky Sall après son élection en mars 2012, la CREI (Cour de répression de l'enrichissement illicite).

Mais l'Etat sénégalais avait aussi déposé plainte auprès de la justice française, estimant qu'une partie de l'argent en cause pouvait avoir été investie en France. Cette plainte visait notamment d'éventuels faits de recel de détournement de fonds publics, de recel d'abus de biens sociaux et de corruption.

Pour Pierre-Olivier Sur, conseil de Karim Wade, ce classement sans suite par la justice française pour infraction insuffisamment caractérisée servira de preuve à la défense devant la CREI.

La plainte était "fantaisiste" et mentionnait des biens immobiliers dont il a été établi qu'ils n'appartenaient pas au fils de l'ex-président, a estimé pour sa part un autre de ses avocats, Jean-René Farthouat.

Cette plainte avait donné lieu à une enquête préliminaire. Elle a été classée le 11 juin.

"Il n'y a aucune raison de pavoiser", ont réagi de leur côté les conseils du Sénégal, Mes William Bourdon et Simon Ndiaye.

"L'enquête française a été très timide concernant l'origine du financement des biens de Karim Wade et elle est tout sauf la démonstration de son innocence", ont ajouté les deux avocats, qui réfléchissent à une éventuelle constitution de partie civile pour relancer les investigations en France.

Le montant de l'enrichissement illicite retenu par la justice sénégalaise atteint 117 milliards de francs CFA (178 millions d'euros). "Une somme colossale, avec de nombreuses connexions dans des paradis fiscaux, dont Monaco, sur lesquelles aucune explication plausible n'a été donnée", ont déclaré Mes Bourdon et Ndiaye.

Pour les avocats de Karim Wade, près de la moitié de cette somme correspond à un compte à Singapour dont il est prouvé qu'il n'appartient pas au fils de l'ex-président.

Pour eux, son patrimoine n'atteint qu'environ deux millions d'euros, dont l'essentiel provient des revenus perçus quant il était trader avant de devenir conseiller puis ministre d'Abdoulaye Wade.

Concernant le fonctionnement de la CREI, Me Sur a dénoncé un "contexte procédural qui nous apparaît (...) révoltant et qui ne nous donne pas les moyens d'assurer la défense" de M. Wade.

A ce sujet, Me Farthouat a rappelé que la défense n'était autorisée à consulter le dossier d'instruction que sur place, "alors qu'il existe une version numérique". Me Sur a également souligné que la CREI statuait en premier et dernier ressort, sans possibilité d'appel.

Les avocats français et sénégalais de Karim Wade ont indiqué qu'ils allaient déposer des conclusions de nullité sur la compétence de la CREI et la violation des règles procédurales.

"La procédure au Sénégal est extrêmement respectueuse des droits de Karim Wade, dont il a usé très largement", ont rétorqué les avocats du Sénégal. "De nombreuses commissions rogatoires sont en cours et nous sommes impatients d'entendre les explications de Karim Wade lors du débat contradictoire qui s'ouvrira à Dakar le 31 juillet".

tu-jac/ng/caz/jag/nou/de