NOUVELLES
17/06/2014 09:07 EDT | Actualisé 17/08/2014 05:12 EDT

Afrique du Sud: nouvelles tractations pour mettre fin à la grève du platine

Des tractations doivent s'engager sous 48 heures pour finaliser un accord salarial et mettre fin à la grève paralysant les principales mines de platine en Afrique du Sud depuis bientôt cinq mois, a-t-on appris mardi de sources patronales et syndicale.

Représentant le patronat, Charmane Russel, porte-parole des trois géants mondiaux du platine (Impala Platinum, Anglo American Platinum et Lonmin) touchés par ce mouvement sans précédent, a précisé que ces pourparlers étaient susceptibles de se tenir "d'ici un jour ou deux" avec les représentants d'Amcu, le syndicat radical dissident à l'origine du mouvement.

Les producteurs "prévoient de les rencontrer (les représentants d'Amcu) bientôt pour discuter et trouver un accord final. Mais clairement il y a encore du travail", a précisé Johan Theron, un porte-parole d'Impala Platinum (Implats), numéro deux mondial du platine.

La semaine dernière, patronat et syndicat avaient annoncé un accord de principe sur les salaires et les conditions de travail laissant présager une fin imminente de la grève.

Amcu a entamé une grande tournée du bassin minier de Rustenburg (nord), près de Johannesburg, pour consulter ses sympathisants. Ils sont plus de 70.000 à faire grève depuis le 23 janvier pour arracher un salaire de base plus que doublé.

A l'issue de cette grande consultation, le syndicat a couché par écrit ses ultimes exigences dans une lettre au patronat, remise lundi soir et non rendue publique.

Selon plusieurs sources, les mineurs refusent notamment que l'accord salarial soit fixé pour cinq ans et voudraient pouvoir rouvrir la négociation après trois ans, contrairement à ce qu'ont proposé les trois compagnies minières, qui préféreraient signer pour cinq ans et s'épargner ainsi un nouveau conflit.

Le ministre des Mines Ngoako Ramathlodi, qui s'était impliqué pendant 15 jours pour essayer de dénouer la crise, s'est félicité mardi de l'accord de principe trouvé ces derniers jours, tout en admettant que "le diable était dans les détails".

La semaine dernière, il avait mis en garde contre la possibilité que des puits ferment et des emplois soient perdus dans l'industrie du platine, secteur clé pour la balance commerciale sud-africaine (10% des exportations).

Vendredi, deux agences de notation financière, Fitch et Standard and Poors, ont dégradé la note de l'Afrique du Sud en partie à cause du conflit des mines.

L'Afrique du Sud possède environ 80% des réserves mondiales connues de platine. Les stocks ont pour l'instant permis d'éviter une pénurie.

sn/lb/clr/mba