Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Déneigement et déchets : « les indices de collusion sont nombreux », dit le VG de Montréal

Les indices de collusion sont nombreux à Montréal dans les domaines du déneigement et de la collecte d'ordures et de matières recyclables, selon le rapport annuel du vérificateur général de Montréal.

Jacques Bergeron a fait ce constat en observant les contrats octroyés par la Ville de Montréal au cours des neuf dernières années.

Les contrats, dans certains arrondissements, auraient même été délégués à un seul entrepreneur durant toutes ces années, indique le rapport. De 2005 à 2013, la Ville de Montréal a déboursé plus de 490 millions de dollars pour les opérations de déneigement et près de 295 millions pour la collecte des déchets et des matières résiduelles.

Selon le vérificateur, les mesures déjà prises par le gouvernement du Québec et la Ville pour enrayer la collusion ne seraient pas suffisantes pour remédier au problème.

Montréal a, depuis quelques mois, un inspecteur général qui a pour mandat de scruter les contrats publics de la ville.

Surveillance des contrats publics

Le vérificateur général recommande aux autorités d'intervenir « le plus rapidement possible pour enrayer certaines pratiques collusoires qui semblent exister dans des secteurs d'activité autres que celui lié au domaine de la construction d'infrastructures ».

Il propose notamment de créer des mécanismes de surveillance communs entre Montréal et ses arrondissements. Cela permettrait de comparer les coûts entre les différents arrondissements et ainsi d'observer s'il y a des écarts importants.

Le maire Coderre « en mode solution »

Le maire Denis Coderre a indiqué qu'il allait laisser l'inspecteur général de Montréal faire son travail quant aux conclusions du rapport. « Si c'est criminel, il va l'envoyer à l'UPAC. S'il y a des gestes à poser sur le plan administratif, on va prendre les recommandations et on va les appliquer immédiatement. On a les retailles des administrations du passé », a-t-il commenté.

Le maire a assuré qu'il y aurait prochainement une réorganisation dans son administration pour que les arrondissements communiquent mieux entre eux. « J'ai créé une table des maires pour que tout le monde puisse se parler. On doit avoir une meilleure coordination », a-t-il poursuivi.

Le chef de l'opposition Richard Bergeron a abondé dans le même sens que le maire. « À partir de maintenant, que l'UPAC et l'inspecteur général fassent leur travail et nous, les élus, on fera le nôtre », a-t-il affirmé.

M. Bergeron a rappelé que dans le domaine des travaux publics, les nouveaux règlements avaient permis à la Ville de faire des économies de 25 à 30 %. « J'espère que dans les prochains 12 à 24 mois, on fera dans ces domaines-là le même ménage qu'on a fait, avec succès pour les travaux publics », a-t-il ajouté.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le déneigement au fil du temps à Montréal

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.