NOUVELLES
15/06/2014 06:27 EDT | Actualisé 15/08/2014 05:12 EDT

Mondial-2014/Allemagne-Portugal: Ronaldo-Boateng, LE duel attendu

Le Ballon d'Or revient sur les terrains, ce qui implique une grande responsabilité pour son cerbère: le duel de colosses entre Cristiano Ronaldo et Jérôme Boateng pèsera forcément dans le match du Mondial-2014 Allemagne-Portugal, lundi à Salvador.

Le capitaine de la Selecçao, 29 ans, avait fini la saison sur une jambe, ce qui ne l'avait pas empêché de conquérir la Ligue des champions et de s'emparer du record de buts en une édition de C1: 17.

Depuis la finale européenne contre l'Atletico Madrid (4-1 a.p.), il n'était réapparu qu'une fois, contre l'Eire lors du troisième et dernier match de préparation du Portugal (5-1). Il avait joué une heure, n'avait pas marqué mais évolué à un très bon niveau.

Depuis, il a suivi un entraînement spécifique pour arriver le mieux préparé possible au choc du groupe G dans le Mondial brésilien. Hyper motivé, après trois échecs dans les confrontations germano-portugaises.

Tout le monde pense à "CR7" mais... "Il y a de bonnes conditions pour faire du sport, ça me fait du bien, et je ne pense pas qu'à Cristiano Ronaldo":le sélectionneur allemand Joachim Löw, lui, s'était montré détendu devant la presse jeudi en parlant de son quotidien au camp de base bahianais de la Nationalmannschaft.

- Souviens-toi de Lviv... -

Mais faire du sport contre Cristiano Ronaldo (49 buts en 111 sélections, deux Ballons d'Or, deux C1), c'est autre chose, et c'est Boateng qui s'en chargera. Enorme pression, donc, pour le défenseur de 25 ans.

"Oh, on a déjà souvent joué contre lui avec le Bayern, a-t-il récemment dédramatisé dans Bild. On doit fermer les espaces, leur empêcher les ouvertures. Il ne faut pas le laisser se retourner".

Et s'il relativise, c'est aussi parce qu'au même poste d'arrière droit, l'Allemand avait parfaitement maîtrisé ce vis-à-vis de prestige lors de la précédente confrontation internationale, au premier tour de l'Euro-2012 à Lviv en Ukraine, victoire à la clef (1-0).

"Le fait de mettre en échec Ronaldo, ça pèse dans la balance, bien sûr", a expliqué Löw, tout en insistant: "On n'a pas le droit de le quitter des yeux. Celui qui l'affronte doit se dire: où est Ronaldo, qu'est-ce qu'il fait?"

De ce point de vue, Boateng avait bien répondu à ces attentes en 2012 à Lviv. Il faut dire qu'il devait se racheter, après des frasques en galante compagnie peu avant le tournoi qui avaient fâché Löw...

De fait, Ronaldo n'avait pas touché le moindre ballon pendant les 18 premières minutes, puis s'était montré dans l'ensemble plutôt quelconque, avec comme point culminant de leur duel ce retour express de Boateng sur le capitaine portugais en bonne position pour tirer.

- Athlètes -

Le pré-match psychologique s'équilibre ainsi quelque peu, mais l'Allemand pâtit tout de même d'un sérieux handicap de vitesse par rapport au fulgurant attaquant, ce qui l'amène parfois à compenser par un jeu plus dur, d'où une certaine propension à récolter des avertissements. La première de ses 38 sélections, en 2009, avait d'ailleurs été marquée par une expulsion...

Et même s'il a souvent dépanné sur les côtés, notamment en équipe nationale, par exemple à gauche au Mondial-2010, il évolue en défense centrale au Bayern Munich.

Dans le duel version corps-à-corps, les deux font jeu égal, taillés comme des athlètes. "CR7" (1,80 m, 85 kg) est une machine de muscles, un bourreau de pompes, tractions, abdos etc. "Boa" est encore plus costaud du haut de son 1,92 m pour 90 kilos.

Egalité aussi pour ces deux joueurs nés sur une île (le Portugais à Madère) ou presque (l'Allemand à Berlin-Ouest avant la chute du Mur), et sur un mode plus anecdotique, pour leur côté "fashion victim". Cristiano a lancé une ligne de sous-vêtements masculins, et Jérôme fait la Une de l'édition allemande du magazine masculin GQ de juin, en costume et noeud papillon.

Mais avant de parler chiffons, ils ont un match dans le match à jouer.

sid-ybl/gv