NOUVELLES
15/06/2014 09:03 EDT | Actualisé 15/08/2014 05:12 EDT

Mondial-2014 - La presse anglaise indulgente malgré la défaite contre l'Italie

La presse anglaise s'est montrée indulgente avec l'équipe nationale dimanche malgré la défaite face à l'Italie 2 à 1 dans son premier match du Mondial (groupe D), samedi à Manaus.

"Pour l'Angleterre, c'est une étrange défaite en Coupe du monde, écrit le Daily Mail. Cette fois-ci, il y aura peu de récriminations, pas de grande enquête, peu d'examen de conscience à propos de ce qui était pourri dans notre jeu".

"L'Angleterre a bien joué mais a perdu. Elle a essayé, mais perdu. Elle a un bon nombre des meilleures occasions, mais a perdu. Ca arrive en football et il faut l'accepter", poursuit-il.

Pour le Sunday Times, "l'Angleterre a été battue mais peut se sentir encouragée car la décision de Roy Hodgson de titulariser des jeunes comme Raheem Sterling ou de faire entrer Ross Barkley en cours de match a mis l'Italie en difficulté".

"C'était le match le plus palpitant, le plus captivant, le match de plus haute qualité que l'Angleterre ait joué dans une Coupe du monde depuis la défaite (2-2, aux tirs au but) face à l'Argentine en 1998" en quarts de finale, écrit le journal.

Le Daily Telegraph estime "que dans trop nombreuses phases finales une Angleterre éteinte et craintive était rentrée tôt à la maison". "L'Angleterre sera peut-être éjectée de cette magnifique Coupe du monde, mais au moins elle aura essayé et joué avec un zeste de nouveauté par rapport aux précédents tournois où elle s'était montrée stérile. L'Angleterre a perdu un match mais elle a gagné des amis", assure-t-il.

Selon The Observer, une fois la déception digérée, le sélectionneur Roy Hodgson "aura de bonnes raisons de se sentir encouragé par la façon dont son équipe +new-look+ a contribué à une grande soirée de football offensif".

"Toutefois, le sentiment d'angoisse est bien là, car il faut garder à l'esprit qu'en perdant leur premier match, (les Anglais) se sont rendus le chemin vers la qualification beaucoup plus difficile", tempère le journal.

Le chef des sports de la BBC Phil McNulty souligne que "la vie est dure désormais pour l'Angleterre, mais pas impossible", compte tenu de "la vulnérabilité" affichée par l'Uruguay dans sa défaite surprise contre le Costa Rica (3-1).

rjm/fbx/dhe