NOUVELLES
15/06/2014 06:31 EDT | Actualisé 15/08/2014 05:12 EDT

L'armée pakistanaise lance une offensive contre les talibans du Waziristan

ISLAMABAD - L'armée pakistanaise a lancé dimanche une offensive longuement attendue contre des militants étrangers et locaux dans une région tribale frontalière de l'Afghanistan, quelques heures après que des avions de combat eurent bombardé des refuges d'insurgés dans le nord-ouest du pays, ont annoncé les autorités militaires.

Cette décision vient effectivement mettre fin à la politique gouvernementale de tenter de négocier avec les talibans pakistans plutôt que d'utiliser la force pour mettre fin aux années de violence ayant fait des dizaines de milliers de morts chez les civils et les forces de sécurité. L'offensive se produit une semaine après que des militants eurent assiégé le plus important aéroport du pays au cours d'un assaut ayant choqué la nation.

La région tribale du Waziristan du Nord, la cible de la manoeuvre, est l'une des dernières zones tribales où l'armée n'a pas mené d'offensive majeure. Des groupes islamistes comme les talibans, al-Qaïda et le réseau Haqqani utilisent l'endroit depuis longtemps comme base à partir de laquelle ils lancent des attaques contre le Pakistan et l'Afghanistan.

Les États-Unis ont fait pression sur le Pakistan pour faire le ménage dans cette région utilisée comme sanctuaire contre l'OTAN et les troupes afghanes. Mais Islamabad avait indiqué que ses troupes étaient déjà trop éparpillées à travers le nord-ouest, et l'armée disait également vouloir un appui politique de la part du gouvernement civil avant de mener une opération qui déclenchera sans doute une riposte sanglante à travers le pays.

Dimanche soir, le ministre de la Défense a agressivement soutenu l'opération, mais aucun mot de la part du premier ministre Nawaz Sharif. «Maintenant, nous avons cette guerre qu'il faut gagner ou mourir», a déclaré le ministre de la Défense Khawaja Muhammad Asif sur les ondes de la télévision pakistanaise. «Nous nous battrons jusqu'à la fin.»

Impossible de connaître, pour l'instant, le nombre de soldats engagés dans cette offensive.

Des camps pour réfugiés ont été mis sur pied, la population locale a reçu l'ordre de se rendre dans des endroits désignés pour être évacuée, et des points d'amnistie ont été créés pour que les militants puissent y déposer leurs armes.

L'armée a aussi demandé à l'Afghanistan de sécuriser son côté de la frontière.

Selon l'analyste en matière de défense Zahid Hussain, le Pakistan a déjà une présence militaire importante dans le Waziristan du Nord, évaluée à 28 000, voire 30 000 soldats. Selon lui, les militants utilisent la région principalement comme une zone d'entraînement. L'opération établira le contrôle de l'armée à travers le territoire, en rendra plus difficile son utilisation sans contraintes par les militants. Mais, a-t-il prévenu, cela ne sera pas facile, et entraînera sans doute des représailles.

«Ce sera une longue guerre d'usure. Cela ne se terminera pas rapidement.»

Même avant l'annonce de dimanche, des chasseurs pakistanais ont bombardé des refuges pour militants en matinée, ciblant les insurgés responsables de l'attaque contre l'aéroport de Karachi.