NOUVELLES
15/06/2014 02:15 EDT | Actualisé 15/08/2014 05:12 EDT

La Suisse l'emporte 2-1 à l'arraché contre l'Équateur en Coupe du monde

BRASILIA, Brésil - Haris Seferovic a touché la cible dans les derniers instants du match et procuré une victoire à l'arraché de 2-1 à la Suisse contre l'Équateur, dimanche, lors du premier match du groupe E en Coupe du monde de soccer.

Le match — qui ne suscitait que peu d'intérêt — semblait se diriger vers un nul, mais le substitut Seferovic a fait vibrer les cordages d'un tir à bout portant dans la dernière des trois minutes de temps ajouté. L'Équateur n'a eu le temps que de remettre le ballon en jeu avant que l'arbitre ne siffle la fin du match.

Enner Valencia a ouvert la marque pour l'Équateur à la 22e minute à l'Estadio Nacional, situé dans la capitale brésilienne, après que le petit pays d'Amérique du Sud ait profité du flottement en défensive du côté des Suisses.

Ces derniers ont cependant ramené les deux équipes à la case départ à la 48e, lorsque Admir Mehmedi — un autre substitut — a habilement dirigé une tête derrière le gardien équatorien.

C'était la cinquième fois en neuf matchs jusqu'ici dans cette Coupe du monde qu'un club venait de l'arrière pour l'emporter.

«C'est un rêve de remporter ce match comme ça, à la dernière minute, a dit l'entraîneur suisse Ottmar Hitzfeld par l'entremise d'un traducteur. C'était très émotif — c'est important pour le moral de l'équipe.»

Mehmedi et Seferovic étant envoyés dans la mêlée en deuxième demie, ce n'est donc pas surprenant que Hitzfeld — un entraîneur qui a remporté deux titres de la Ligue des champions au cours de sa carrière — ait esquissé un grand sourire lors du sifflet final.

Ce n'était toutefois pas le cas pour son vis-à-vis.

«Nous avons été naïfs, et ça nous a coûté le match», a confié l'entraîneur équatorien Reinaldo Rieda. (Cette défaite) est de notre faute. Nous nous sommes battus nous-mêmes.»

Après avoir joué un rôle de figurant au cours des deux dernières Coupe du monde, la Suisse — classée sixième au monde par la FIFA — est la deuxième tête de série dans son groupe qui comprend également la France et le Honduras.

Son noyau de joueurs, jeune et dynamique, a grandi ensemble dans les rangs juniors et procuré le but in extremis dont la Suisse avait tant besoin à la 93e minute.