NOUVELLES
15/06/2014 11:34 EDT | Actualisé 15/08/2014 05:12 EDT

Koweït: une ONG locale contre le parrainage des migrants

Le Koweït doit honorer ses engagements à abolir le système de parrainage des travailleurs étrangers et mettre fin aux déportations arbitraires d'expatriés, a déclaré dimanche une ONG locale.

Dans un rapport sur la situation des droits de l'Homme dans le riche émirat pétrolier du Golfe, l'Association koweïtienne des droits de l'Homme a appelé aussi à des mesures pour mettre fin aux abus dont sont victimes des milliers de domestiques, et à un règlement de la situation de plus de 100.000 apatrides.

Elle a rappelé que le Koweït avait promis il y a plusieurs années l'abolition du système de parrainage, assimilé à l'esclavage, mais rien n'a été fait jusqu'à présent.

Le système de parrainage, largement appliqué dans des riches monarchies pétrolières du Golfe, met les travailleurs étrangers à la merci de leurs employeurs.

Le Qatar a indiqué récemment qu'il allait introduire des mesures pour l'abolir.

L'association a également appelé à un arrêt total des déportations "administratives", une pratique qui permet aux officiers supérieurs de police d'expulser des étrangers sans décision de justice.

Elle a toutefois relevé que le ministère de l'Intérieur avait récemment réglementé la procédure en décidant que cette pratique relèverait de la seule compétence du secrétaire d'Etat à l'Intérieur.

Le Koweït, dont la population autochtone est de 1,25 million d'habitants, compte 2,8 millions de résidents étrangers, dont plus de 600.000 travaillent comme domestiques.

L'association a exhorté le gouvernement à adopter une loi pour mettre fin aux abus sur les domestiques.

"Les employés de maison sont soumis à de nombreux abus, qui peuvent être assimilés à l'esclavage, outre la torture, l'humiliation et les viols", écrit-elle dans son rapport.

En outre, elle a invité les autorités à adopter rapidement des mesures pour améliorer la situation humanitaire et juridique des apatrides, puis à "leur accorder leurs pleins droits".

Les apatrides sont nés et ont grandi au Koweït. Ils réclament la nationalité mais les autorités les accusent d'avoir détruit leurs pièces d'identité d'origine pour pouvoir bénéficier des avantages de l'Etat providence qu'est le riche émirat pétrolier.

Le gouvernement doit adopter une feuille de route afin de régler leur problème par étapes, a estimé l'association.

oh/tm/emb