France - Honduras : faites-vous une baleada pour la Coupe du Monde

Vous pensez tout connaître des fajitas, être un king du nachos, un génie du chili con carne et vous vous frottez les mains en imaginant régaler vos amis lors de vos soirées Coupe du Monde. Première nouvelle, vous ne connaissez rien à la gastronomie d'Amérique Latine et Centrale. Mexicains, Brésiliens, Argentins, Colombien et Vénézuéliens vous riraient au nez s'ils vous voyaient déballer des kits de sauce tomate emballée comme de la nourriture d'astronaute.

Laissez votre cuisine Tex-Mex au placard, ce dimanche 15 juin, Le HuffPost vous propose de cuisiner un plat hondurien pour rendre hommage au premier adversaire de la France au Brésil, la baleada.

En France, peu de restaurants proposent à leur carte des plats honduriens. "Aux couleurs du monde" fait partie de ce cercle restreint. Interrogée par Le HuffPost, la chef du restaurant nous assure que la baleada est le meilleur ambassadeur de la gastronomie hondurienne : "on en trouve partout au Honduras, c'est très bon et facile à faire". Pour se rendre compte de l'étendue du travail, nous jetons un oeil dans Google Images. A priori, cela ressemble à s'y méprendre à un burritos. Mais au milieu des photos alléchantes, des images de femmes blessées par balles.

Pourquoi? "Baleada" signifie en espagnol "blessée/tuée par balles". L'histoire raconte qu'une femme du nord du pays qui tenait un petit stand où elle vendait des galettes fourrées aux haricots rouges et au fromage aurait donné son nom à cette spécialité. Blessée par balle après une attaque, elle aurait été surnommée "la baleada", avant que ses galettes ne prennent le même surnom.

Ceci étant dit, allons droit au but, voici les trois principaux ingrédients de la baleada : tortilla à la farine de blé, purée de haricots rouges, fromage frais (type Feta, cheddar ou fromage de chèvre frais) et/ou crème fraîche.

Ensuite, vous pouvez rajouter selon votre goût des protéines comme des oeufs brouillés ou du poulet, des légumes comme de la purée d'avocat, des poivrons ou des dés de tomates, des herbes aromatiques comme de la coriandre.

Si vous avez du temps devant vous et un peu de patience, essayez de faire vous-même vos tortillas. La recette n'est pas compliquée à réaliser, Charlotte et Octave sur leur blog, "les Routes du Choc" vous propose une marche à suivre simple et claire.

Voici la recette que Le HuffPost a suivi pour ses baleadas, librement inspirée de la recette de Coop :

Ingrédients pour 4 personnes :

- Une boîte de haricots rouges (250g poids net)

- Un poivron vert

- Deux tomates

- Un oignon

- Une gousse d'ail

- Un bouquet de coriandre

- Du fromage de chèvre frais (type "Petit Billy")

- Du piment selon votre goût (nous avons mis l'équivalent de la moitié d'un piment oiseau).

1. Couper en dés les tomates et le poivron. Faire revenir dans une poêle avec de l'huile d'olive pendant 3-4 minutes. Les poivrons doivent rester croquants. Réserver.

2. Faire revenir l'oignon et l'ail coupés en rondelles dans la même poêle. Rajouter les haricots rouges préalablement égouttés et rincés. Ajoutez deux cuillères à soupe d'eau et le piment coupé en fines rondelles. Lorsque l'ensemble se met à bouillir, retirer du feu. Réduire en purée.

3. Réchauffer les tortillas. Étaler la purée de haricots sur le fond, ajouter les légumes. Mettre du fromage sur l'ensemble. Pour plus de crémeux mélanger votre fromage à de la crème fraîche. Ciseler de la coriandre, tiges comprises et saupoudrer le tout. Plier. Déguster. Pas mal, non?

INOLTRE SU HUFFPOST

Stress émotionnel
Getty
\"Le risque principal est le stress émotionnel qui s\'accumule au cours des matches, notamment ceux qui concernent l\'équipe qu\'on soutient\", souligne à l\'AFP Jean-François Toussaint, directeur de l\'Institut de recherche biomédicale et d\'épidémiologie du sport (Irmes) à Paris.
C'est encore pire quand on perd
Getty
Le risque est plus important quand l\'équipe perd que lorsqu\'elle gagne, car le stress cumulatif est négatif.
Plus d'admissions hospitalières
Getty
Les statistiques montrent ainsi que les grandes compétitions sportives et notamment la Coupe du monde de football sont associées à une recrudescence d\'accidents cardiaques, de suicides, de dépressions, d\'accidents de la route ou d\'alcoolisations excessives.\n\nSelon une enquête réalisée dans la ville allemande de Munich, les admissions hospitalières pendant le Mondial-2006 ont augmenté de 266% les jours où la Mannschaft jouait.\n\nL’Euro 2016 est un événement fortement associé à la consommation d’alcool et 81,2% des Français qui envisagent de conduire un véhicule lors de ces sorties pensent également consommer de l’alcool selon un sondage commandé par les associations de Prévention Routière et Assureurs Prévention.
Accidents cardiaques
Getty
Des chercheurs de l\'Université de Birmingham au Royaume-Uni ont même préconisé que les séances de tirs au but soient bannies \"pour des raisons de santé publique\", après avoir découvert que les accidents cardiaques avaient bondi de 25% le jour où l\'Angleterre avait perdu contre l\'Argentine lors de cet exercice au Mondial-1998.
Violences conjugales
Wikimedia Commons
Les défaites de l\'équipe anglaise lors de la Coupe du monde en 2002, 2006 et 2010 ont de même fait bondir de 38% les violences conjugales dans le comté de Lancashire (Liverpool), selon des chiffres de la police.\n\nLes principales responsables seraient les hormones - et pas seulement la testostérone - qu\'on retrouve à la fois chez les hommes et les femmes et qui sont associées à l\'agressivité.
Niveau de cortisol
Getty
Des chercheurs espagnols ont mesuré le niveau de cortisol, une hormone dont le taux augmente avec le stress, parmi 50 supporteurs masculins et féminins de la Roja avant, pendant et après la finale du Mondial-2010 contre les Pays-Bas.\n\nLes niveaux de cortisol montaient fortement juste avant le match, chez les fans les plus passionnés, et plus spécialement les hommes jeunes, avant de retomber après la victoire (1-0).
Beaucoup de calories
Getty
Des chercheurs français ont pour leur part calculé que les supporteurs ingurgitaient en moyenne 20% de calories en plus lorsque leur équipe perdait que lorsqu\'elle gagnait, avec une prédilection pour les graisses saturées et les sucres ajoutés, considérés comme mauvais pour la santé.\n\nLa raison en serait relativement simple: lorsque leur équipe perd, les fans peuvent se sentir menacés dans leur identité. Pour y faire face, ils se rabattent sur de la nourriture \"de réconfort\", une attitude que les psychologues connaissent bien. Alors que la victoire, au contraire, semblerait renforcer le contrôle de soi.
Baby Boom
Getty
Mais la frénésie du foot a également des répercussions sur d\'autres comportements tels que la sexualité.\n\nDes médecins catalans ont par exemple fait état d\'une hausse des naissances de 16% neuf mois après le but d\'Andres Iniesta à la dernière minute contre Chelsea, qui avait permis à Barcelone de se qualifier pour la finale de la Ligue des Champions 2009.\nLes bébés nés à cette occasion ont été qualifiés de \"génération Iniesta\" par la presse espagnole.
Encore un coup?
Getty
Autre phénomène bien connu, l\'alcoolisation excessive \"qui va de pair avec toute période de fête\", selon M. Toussaint.\n\nLors de la Coupe du monde 2010, des organismes de surveillance britanniques avaient utilisé \"Beer Goggles Johnny\", une mascotte dessinée en forme de préservatif, pour mettre en garde les fans en route pour l\'Afrique du Sud.\n\nBeer Goggles Johnny rappelait notamment que l\'ivresse altérait la perception du risque et magnifiait l\'attractivité d\'autres personnes, pouvant entraîner des conduites sexuelles à risques.