NOUVELLES
15/06/2014 09:05 EDT | Actualisé 15/08/2014 05:12 EDT

Elections municipales en Géorgie, test pour le parti au pouvoir

Les Géorgiens se rendaient dimanche aux urnes pour des élections municipales qui devraient voir la coalition au pouvoir conforter son emprise dans cette ex-république soviétique du Caucase qui doit signer à la fin du mois un accord d'association avec l'Union européenne.

Ce scrutin constitue le premier test de la popularité de la coalition dirigeante, le Rêve géorgien, depuis la démission l'an dernier du milliardaire Bidzina Ivanichvili de son poste de Premier ministre en faveur de son jeune allié Irakli Garibachvili.

Au total, les Géorgiens sont appelés à voter pour les mairies de 12 villes et pour 2.084 sièges dans 71 conseils locaux, disputés par 24 partis et blocs politiques.

De récents sondages ont montré le Rêve géorgien bien loin devant le parti de l'ex-président géorgien Mikheïl Saakachvili, le Mouvement national uni.

Les deux partis sont tous les deux fermement décidés à maintenir le cap pro-occidental engagé par M. Saakachvili lorsqu'il était au pouvoir. Le petit pays montagneux de 4,5 millions d'habitants doit signer fin juin un accord d'association avec l'Union européenne.

Le Rêve géorgien a aussi promis de normaliser les relations avec la Russie, contre laquelle la Géorgie a combattu lors d'une brève guerre en 2008 pour le contrôle de la région séparatiste d'Ossétie du Sud, mais peu de progrès ont été observés en ce sens.

L'opposition espère tirer profit du mécontentement croissant de la population face à l'incapacité du gouvernement à remplir ses promesses populistes.

Alors que des accusations d'intimidations ont entaché la campagne, le Premier ministre Irakli Garibachvili a indiqué dans un courriel envoyé à l'AFP que son gouvernement était "fermement engagé à mener des élections réellement démocratiques".

Le Parquet a lancé plusieurs enquêtes sur des pressions présumées à l'encontre de candidats d'opposition afin qu'ils se retirent de la course et l'ambassade des Etats-Unis s'est dite la semaine dernière "de plus en plus préoccupée" par certains incidents observés pendant la campagne.

Depuis que le Rêve géorgien a remporté en 2012 les élections législatives, plusieurs alliés de M. Saakachvili, qui s'est lui-même exilé aux Etats-Unis, ont fait l'objet d'enquêtes et certains ont été emprisonnés. Les Occidentaux ont protesté contre ces procédures, craignant une chasse aux sorcières.

im/del/edy/abk