NOUVELLES
15/06/2014 06:37 EDT | Actualisé 15/08/2014 05:12 EDT

5e jour de grève des cheminots français: le gouvernement refuse de céder

Le gouvernement socialiste français n'a pas l'intention de reporter sa réforme ferroviaire en dépit de l'opposition des cheminots, en grève depuis cinq jours, a réaffirmé dimanche le ministre du Budget, Michel Sapin.

"Il n'y aucune raison" de reporter la réforme ferroviaire, car il s'agit d'une "réforme de bon sens (...) négociée avec les syndicats", a déclaré le ministre interrogé par la radio Europe 1.

Deux syndicats de cheminots, dont le plus important, la CGT, ont appelé depuis mardi à la grève pour protester contre le projet de réforme ferroviaire qui doit être examiné à partir de mardi à l'Assemblée nationale. Destiné à stabiliser la dette du secteur ferroviaire (44 milliards d'euros) et à préparer son ouverture totale à la concurrence, ce texte prévoit notamment de regrouper la SNCF et Réseau ferré de France (RFF), qui gère le réseau.

Samedi, les assemblées générales de grévistes ont reconduit le mouvement pour dimanche, voire dans cetrains endroits jusqu'à lundi.

Interrogé sur la possibilité pour le gouvernement de "lâcher du lest", le ministre a répondu par la négative. "Il faut comprendre, il faut expliquer, mais certainement pas lâcher", a dit M. Sapin.

"Le texte est déposé depuis deux mois à l'Assemblée nationale pour être discuté, et il le sera, c'est de l'intérêt de tout le monde. Et je pense que l'intérêt de ceux qui aujourd'hui prônent la grève, c'est de savoir arrêter la grève", a martelé ce proche du président François Hollande.

Vendredi, le Premier ministre, Manuel Valls, avait déjà appelé les syndicats à arrêter la grève, la plus longue enregistrée à la SNCF depuis 2010. Le conflit avait alors duré deux semaines et était lié à la réforme du fret.

Pour ce 5e jour de conflit, la SNCF a indiqué que le trafic resterait perturbé comme les jours précédents, avec en moyenne un train sur deux sur les grandes lignes, l'axe TGV Sud-Est étant plus touché. En région parisienne, seul un train régional sur trois est prévu.

En revanche, le trafic est normal vers la Grande-Bretagne, la Belgique et l'Allemagne. Un train sur deux devrait circuler vers l'Italie et un sur trois vers l'Espagne.

En cas de poursuite de la grève lundi, première journée du baccalauréat en France, la SNCF a annoncé la mise en place d'un dispositif particulier de trains et bus garantis pour permettre aux lycéens de rejoindre leurs centres d'examen.

dep/alc/jh