POLITIQUE
13/06/2014 10:33 EDT | Actualisé 13/06/2014 10:36 EDT

Des ministres se portent à la défense de Lise Thériault, la ministre refuse de commenter le dossier

Radio-Canada.ca

Pendant que le Parti québécois (PQ) continue de réclamer sa démission pour sa gestion du dossier de l'évasion à la prison de Québec, la ministre de la Sécurité publique Lise Thériault a refusé de commenter le dossier à son entrée au caucus de son parti, préférant s'en remettre à un communiqué laconique.

En entrevue à Radio-Canada, le chef intérimaire du PQ, Stéphane Bédard, a poursuivi ses attaques contre la ministre Thériault qu'il a accusée d'avoir attaqué le système de justice en prétendant qu'on lui avait menti. M. Bédard soutient que la Lise Thériault a ainsi provoqué une crise de confiance.

À son arrivée au caucus du Parti libéral du Québec (PLQ), elle a refusé de commenter davantage le dossier, mais elle a rappelé les faits dans communiqué émis par son cabinet. Mme Thériault soutient dans ce communiqué qu'elle « assume les responsabilités relatives à cette fonction avec rigueur et diligence depuis ma nomination ».

« Je tiens à réaffirmer que la priorité de notre gouvernement est de tout mettre en œuvre pour retrouver les fugitifs, et ce, dans les meilleurs délais. »

— Lise Thériault

Une enquête attendue

Les collègues de Mme Thériault se sont portés à sa défense vendredi matin. Les divers ministres ont réitéré leur confiance en Mme Thériault et en sa capacité à mener le dossier des évasions de prison. Le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, a particulièrement insisté sur l'importance de retrouver les fugitifs et de comprendre pourquoi il y avait eu deux évasions en hélicoptères en un peu plus d'un an au Québec.

Le ministre Moreau estime que la ministre a pris la bonne décision en demandant une enquête administrative pour comprendre les causes des évasions. Il ajoute que l'engagement du premier ministre de rendre publiques les conclusions de l'enquête assure les Québécois de la transparence du gouvernement.

Jeudi, la ministre a affirmé que l'enquête administrative ordonnée par le gouvernement permettra d'identifier les « menteurs » dans l'appareil gouvernemental. Elle soutient également avoir reçu de fausses informations.

Le juge Louis Dionne a en outre affirmé au palais de justice de Québec qu'il n'avait pas réduit la cote de sécurité des évadés, contrairement à ce qu'a soutenu la ministre Thériault antérieurement. Il a estimé « déplorable » que certaines sources l'aient associé à cette décision.

Lise Thériault a annoncé jeudi que l'enquête administrative sur les événements entourant l'évasion sera confiée à Me Michel Bouchard.

Une deuxième évasion

La Sûreté du Québec est toujours à la recherche des trois dangereux détenus qui se sont évadés du Centre de détention de Québec à l'aide d'un hélicoptère, samedi dernier. Il s'agit d'Yves Denis, 35 ans, de Denis Lefebvre, 53 ans, et de Serge Pomerleau, 49 ans.

En mars 2013, deux autres détenus s'étaient évadés par hélicoptère de la prison de Saint-Jérôme, dans les Laurentides. Ils avaient été arrêtés quelques heures plus tard 85 kilomètres plus loin, dans la région de Mont-Tremblant, en compagnie de deux complices.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Le cabinet ministériel de Philippe Couillard Voyez les images