NOUVELLES
12/06/2014 10:31 EDT | Actualisé 12/08/2014 05:12 EDT

Un cambrioleur libéré par erreur est assassiné quelques heures plus tard

FRESNO, États-Unis - Un homme de Californie accusé de cambriolage, libéré en raison une erreur commise par un jury, a perdu la vie quelques heures après avoir retrouvé sa liberté quand il a été poignardé à mort.

Le jury dans le procès de Bobby Lee Pearson, âgé de 37 ans, a signé par erreur un document qui établissait la non-culpabilité de l'accusé.

Le juge, sidéré, a affirmé qu'il n'avait d'autre choix que de libérer Pearson de prison.

Après avoir été libéré de prison, Pearson est allé à la maison de sa sœur, Lasandra Jackson, pour aller chercher des vêtements et des effets personnels.

Le chef de police de Fresno, Jerry Dyer, a indiqué que Pearson s'est retrouvé au coeur d'un conflit avec le petit ami de sa sœur, Willie Gray, âgé de 35 ans.

Les deux avaient des antécédents, a rapporté M. Dyer, ajoutant que les enquêteurs croient que Gray a tué Pearson.

La victime a été retrouvée morte dans la rue avec une blessure à la poitrine provenant d'un couteau ou d'un pistolet. Les enquêteurs ont trouvé un couteau à steak près du corps.

Le chef de police a affirmé que Pearson serait probablement encore vivant si ce n'était de l'erreur du jury, rappelant le long passé criminel de la victime.

L'auteur présumé du meurtre a été arrêté et traité pour des blessures aux mains.

Le procureur dans la cause de Pearson, William Terrence, a soutenu que l'homme qu'il tentait d'envoyer en prison ne méritait pas de mourir.

«Il n'y a aucune peine de mort prévue pour les cambrioleurs, a soutenu M. Terrence. Je ne me dis pas qu'il a eu ce qu'il méritait», a-t-il ajouté.

L'avocat a confié qu'il tentait toujours de comprendre la confusion qui a mené à cette chaîne d'événements malheureux. Il a soutenu que le document qui a mené à la libération de l'accusé avait pourtant été expliqué aux jurys par sa personne, mais aussi le juge lui-même.