NOUVELLES
12/06/2014 12:23 EDT | Actualisé 12/08/2014 05:12 EDT

Mondial-2014 - Revanche Espagne - Pays-Bas, place au foot pour le Cameroun

Demandez la revanche ! Le Mondial-2014 s'offre vendredi le remake de la finale du Mondial-2010, avec Espagne-Pays-Bas, match de la revanche "Oranje", tandis que le Cameroun, après l'épisode rocambolesque des primes, doit se recentrer sur le foot face au Mexique.

Il y aura aussi vendredi l'affiche moins glamour Chili-Australie, premier gros test pour les Socceroos.

Il y a des images marquantes qui sont restées de la finale de Soccer City il y a quatre ans à Johannesbourg. Juste avant le match, il y avait eu celle émouvante de Nelson Mandela, assis dans une voiturette de golf, venu saluer le public, pour sa dernière apparition publique.

Et pendant le match, il y avait eu celle plus choquante du tacle/kung-fu de Nigel de Jong sur Xabi Alonso. De Jong n'avait bizarrement récolté qu'un carton jaune sur cette action mais avait ensuite gagné sur la planète foot le surnom de "Hollandais Violent". Les deux hommes occupent toujours les mêmes postes, et vont donc se recroiser sur la pelouse de Salvador pour ce match vedette du groupe B.

Il y aura d'autres face-à-face en vue, comme celui entre Iker Casillas et Arjen Robben. Il y a quatre ans, c'est le portier emblématique de la Roja qui avait eu le dessus. Plus généralement, Robben était passé à côté de sa finale. Ce n'était rien comparé à ce qui allait suivre pour les Néerlandais deux ans plus tard lors de l'Euro-2012 en Ukraine et Pologne, où les vice-champions du monde bataves connaissaient une sortie honteuse au premier tour. Les "Oranje" doivent aussi une revanche à leurs fans pour cela.

Du coté des tenants du titre, ce choc intervient à point nommé pour répondre aux critiques qui parlent d'une Espagne vieillissante ou en fin de cycle, après un triplé inédit.

- PRIORITE AU TERRAIN -

L'autre match du groupe B, entre le Chili et Australie, passe évidemment au second plan entre deux équipes condamnées à faire de la figuration. L'opposition s'annonce très déséquilibrée.

D'un côté le Chili, 14e au classement Fifa, qui vient en voisin sud-américain et a donc l'avantage de l'environnement sur les Australiens. De l'autre, l'Australie, au 62e rang mondial, qui a traversé de belles secousses à l'automne dernier. L'entraîneur de l'époque, l'Allemand Holger Osieck, avait été limogé en octobre 2013 à l'issue d'un match perdu 6 à 0 en amical face à la France à Paris. Il a été remplacé par Ange Costecoglou, né en Australie comme son nom ne l'indique pas.

En 1974, l'Australie avait fait nul 0 à 0 contre le Chili pour son dernier match de poule. Et les Australiens étaient sortis au premier tour...

Enfin, dans le groupe A, un groupe ouvert (Brésil et Croatie jouaient jeudi), tous les points seront chers. Les Camerounais de Samuel Eto'o doivent revenir aux priorités du terrain face au Mexique. Les "Lions Indomptables" ont en effet terminé leur préparation de façon chaotique avec une nouvelle affaire de primes, sujet qui complique de façon récurrente les relations entre la sélection et leur fédération.

Mécontents que leurs dirigeants ne tiennent pas leurs promesses, ils ne sont ainsi arrivés à Rio de Janeiro que lundi matin avec près de 24h00 de retard sur le programme initial. Maintenant le foot doit reprendre ses droits à Natal.

pgr/dhe