NOUVELLES
12/06/2014 10:12 EDT | Actualisé 12/08/2014 05:12 EDT

Mondial-2014 - Italie-Angleterre: Pirlo-Rooney, le duel du Bordeaux et du Bourgogne

Le duel entre un Pirlo maturé comme un Bordeaux et un Rooney qui a vieilli comme un Bourgogne synthétise l'un des duels du choc Italie-Angleterre du Mondial-2014 samedi (22h00 GMT) à Manaus.

Egalement à l'affiche, les retrouvailles entre Balotelli et Hart, ex-coéquipiers à City, et la rencontre entre la météorite Sturridge et le champ d'astéroïdes Barzagli-Chiellini.

. Bordeaux-Bourgogne:

Andrea Pirlo se bonifie comme un bon Bordeaux. Étincelant à l'Euro-2012 à 33 ans, il a alors enfin atteint le statut de star mondiale, ovationné l'an dernier par le Maracana, connaisseur en beaux joueurs de foot. Avec deux années de plus, "l'Architecte" distribue toujours le jeu de l'Italie en position reculée, ce que les Italiens appellent "regista", comme "metteur en scène".

En face, Wayne Rooney, décevant en phase finale depuis les fulgurances de sa révélation internationale lors de l'Euro-2004, a jusque-là été plutôt comme un Bourgogne qu'il est préférable de boire jeune.

A 28 ans, la star de l'Angleterre peut encore se réveiller si elle inscrit son 1er but lors d'un Mondial... à sa 3e tentative.

"Je ne dis pas que Wayne doit être écarté, mais si sa forme ne s'améliore pas, je suis curieux de voir si l'encadrement aura le courage de le faire", s'était même interrogé son ex-coéquipier à United Paul Scholes fin mai.

Auteur de 39 réalisations en 92 sélections, le plus jeune buteur des Trois Lions a ensuite frappé une fois en préparation.

Contesté, critiqué, Rooney pourrait toutefois être déporté dans un couloir samedi.

"Je me sens bien, a-t-il assuré mercredi. Je me suis peut-être mis trop de pression avant, les médias aussi. Là, il n'y en a pas et je vais en profiter".

. Civisme de Citizens:

Mario Balotelli et Joe Hart se connaissent bien pour avoir joué deux saisons et demie ensemble à Manchester City. L'habitude des penalties de Super Mario n'avait pourtant pas permis au gardien anglais d'arrêter son tir au but en quarts de finale de l'Euro.

L'Italien considère Hart comme "un des cinq meilleurs gardiens du monde, il n'y a aucun doute là-dessus", et défend même sa première moitié de saison mitigée. "Il arrive même aux meilleurs joueurs du monde de connaître une méforme".

Déjà coupable en août en sélection, l'Anglais de 27 ans a en effet eu, comme souvent chez les gardiens anglais, une baisse de régime marquée par une nouvelle boulette spectaculaire à l'automne avant d'être mis au repos par l'entraîneur de City.

Mais le portier au 41 capes, déjà titulaire en 2012, s'est repris ensuite et a fini en trombe avec un 2e titre de champion national en trois ans.

"Parfois, c'est vrai qu'il ne juge pas toujours correctement les choses, comme les centres, mais s'il joue à son niveau, il est aussi bon que n'importe qui", l'a encouragé Gordon Banks, le gardien anglais titré en 1966.

. Thème astral:

Daniel Sturridge va croiser le mur de la charnière centrale italienne, qui a pour elle l'expérience et l'habitude de jouer ensemble à la Juventus. Ils forment un duo très "école italienne" avec le joueur de placement et le dur sur l'homme. Le premier, Andrea Barzagli (33 ans, 48 sélections), surnommé justement "le Mur", possède une grande lecture du jeu et doit laisser échapper deux ballons par saison. Le second, Giorgio "King Kong" Chiellini (29 ans, 68 sélections), vante un engagement sans faille.

Mais en face, l'attaquant de 24 ans de Liverpool sort de la saison de sa vie avec 22 buts en championnat.

Chez les Reds, il s'est épanoui aux côtés de Suarez et a confirmé quand l'Uruguayen n'était pas là.

Au point de s'installer à la pointe de l'attaque en équipe nationale.

Et s'il ne compte que quatre buts en 12 sélections, le longiligne et rapide attaquant formé à Chelsea en a inscrit trois en six matches cette saison, dont deux lors de ses trois dernières rencontres.

eba-cd/dhe