NOUVELLES
12/06/2014 10:04 EDT | Actualisé 12/08/2014 05:12 EDT

Les relations entre la RDC et le Rwanda

Dates-clés des relations entre la République démocratique du Congo (RDC) et le Rwanda.

- avr-juil 1994: Le génocide au Rwanda fait selon l'ONU 800.000 morts, membres de la minorité tutsi ou hutu modérés, tués par les Forces armées rwandaises (FAR) et les milices extrêmistes Interahamwe. En juillet, plus d'un million de Rwandais hutu se réfugient dans l'est du Zaïre (actuelle République démocratique du Congo) après le génocide et la prise de pouvoir par le Front patriotique rwandais (FPR), dominé par les Tutsi.

- 13 sept 1996: Kinshasa accuse le Rwanda de "fomenter des troubles" dans le Sud-Kivu.

En octobre, après des affrontements entre l'armée et des Tutsi d'origine rwandaise, une Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre (AFDL), coordonnée par Laurent-Désiré Kabila, démantèle les camps de réfugiés rwandais hutu établis depuis 1994 dans le Kivu.

En mai 1997, Kabila se proclame chef de l'Etat après le départ de Mobutu Sese Seko. A Kigali, l'homme fort du régime, Paul Kagame, affirme que le Rwanda a planifié et dirigé la rébellion qui a conduit à la chute de Mobutu en participant directement aux combats.

- 28 juil 1998: Kabila "met fin à la présence de militaires rwandais au sein des Forces congolaises", se séparant de ses anciens alliés rwandais et ougandais.

- 2 août: Début d'une nouvelle rébellion dans le Kivu. Le conflit dégénère en une guerre impliquant plusieurs pays africains. Kinshasa accuse le Rwanda d'"agression". En novembre, le Rwanda justifie son intervention par des raisons de "sécurité nationale".

- 10 juil 1999: Un accord de cessez-le-feu est signé par Kinshasa et ses alliés, Zimbabwe, Angola et Namibie, ainsi que par l'Ouganda et le Rwanda, puis ratifié par les factions rebelles.

- 1er fév 2001: Joseph Kabila, qui a succédé à son père tué dans un attentat, rencontre le président Kagame.

- 16 avr: Un rapport d'experts de l'ONU accuse l'Ouganda, le Rwanda et le Burundi de piller les richesses de l'ex-Zaïre.

- oct 2002: Retrait officiel des troupes étrangères présentes en RDC.

- mai-juin 2004: Insurrection dans le Sud-Kivu menée par deux officiers dissidents de l'armée, issus de l'ex-rébellion pro-rwandaise du Rassemblement congolais pour la démocratie. Kinshasa accuse le Rwanda, qui dément, de soutenir les dissidents.

- 9 oct 2008: Kinshasa accuse Kigali d'envoyer des troupes sur son territoire pour appuyer la rébellion du Conseil national pour la défense du peuple (CNDP) de Laurent Nkunda, que de nouveaux combats opposent depuis fin août aux forces gouvernementales.

En janvier 2009, les armées congolaise et rwandaise lancent, à la suite d'un retournement d'alliance, une opération conjointe contre les rebelles hutu rwandais dans l'Est, qui aboutit par ailleurs à l'arrestation de Laurent Nkunda.

- 17 oct 2012: Un rapport confidentiel de l'ONU accuse le Rwanda et l'Ouganda d'armer les rebelles du M23 dans l'est de la RDC.

Le M23 a été créé début mai de la même année par des militaires, qui après avoir participé à une précédente rébellion, ont intégré l'armée en 2009, à la suite d'un accord de paix. Ils se sont mutinés, arguant que Kinshasa n'avait pas respecté ses engagements.

Le 5 novembre, le M23 est chassé des dernières positions qu'il occupait dans les montagnes du Nord-Kivu.

- 30 mai 2014: Début d'un processus de démobilisation des rebelles hutu rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), présents dans l'Est depuis 1994 et dont certains membres et dirigeants sont accusés d'avoir participé au génocide.

- 11-12 juin: Des affrontements opposent des troupes congolaises et rwandaises sur leur frontière.

acm/bc/mj/jmc