NOUVELLES
12/06/2014 12:15 EDT | Actualisé 11/08/2014 05:12 EDT

Iran: le rêve d'étudiants écolos suspendu à un billet d'avion

Le rêve d'une équipe d'étudiants iraniens de participer à une course internationale de voitures solaires aux Etats-Unis est suspendu à un billet d'avion, toujours introuvable un mois avant la compétition.

Havin-2 a été conçu par des étudiants de l'université Azad de Qazvin, à 140 km à l'ouest de Téhéran. Longue de 4,5 mètres, de forme rectangulaire, elle doit participer en juillet à l'"American solar challenge", une course de 2700 km à travers sept Etats américains entre Austin (Texas) et Minneapolis (Minnesota).

Mais Havin-2 pourrait ne jamais être au départ le 14 juillet, faute d'avion-cargo pour transporter le véhicule jusqu'aux Etats-Unis.

L'obstacle n'est pas financier mais diplomatique: les sanctions internationales imposées à l'Iran en réponse à son programme nucléaire controversé, et les restrictions sur l'importation aux Etats-Unis de produits iraniens.

"Nous sommes vraiment inquiets. C'est très dur de penser que nous pourrions ne pas y aller", dit Mohammad Saadatmand, chef-mécanicien de l'équipe.

Car les 18 étudiants se sont totalement investis dans la fabrication du prototype, qui doit être aligné face à des universités prestigieuses comme le Massachusetts Institute of Technology (MIT).

"Cette voiture nous a rendu fous", affirme Alireza Malmali, en offrant à l'AFP un tour de l'atelier où le véhicule a subi les ultimes tests.

"Si les gouvernements étrangers pouvaient réaliser que nous sommes des chercheurs, pas des terroristes", dit-il, rappelant que la voiture "restera qu'un mois aux Etats-Unis et reviendra en Iran".

Depuis plusieurs semaines, l'étudiant en électronique âgé de 28 ans fait le tour des rares compagnies aériennes étrangères opérant en Iran, pour les convaincre de charger la voiture.

Mais Qatar Airways, Turkish Airlines et Lufthansa ont refusé, de peur de violer les sanctions occidentales. D'autres ont imposé des conditions inacceptables pour le voyage.

- 'Pas un cas prioritaire' -

Pourtant, une voiture solaire iranienne a déjà participé à une course en Australie en 2011, explique Alireza Malmali, qui faisait alors partie de l'aventure.

Une lettre du Département américain du Trésor confirme aussi que la voiture n'a pas besoin d'autorisation spéciale tant qu'elle est utilisée pour "une conférence, course, exposition publique ou tout événement similaire".

Aux Etats-Unis, les organisateurs de la course sont également impuissants.

"Cela a été très difficile", explique à l'AFP Sue Eudaly, responsable des inscriptions. "Nous nous sommes adressés à un sénateur, au Département d'Etat, puis à l'Office de contrôle des avoirs étrangers. Pour finir, je pense que nous ne sommes pas un cas prioritaire".

D'ultimes négociations sont en cours avec une compagnie aérienne iranienne, qui pourrait obtenir les autorisations requises pour transporter Havin-2 depuis Dubaï. Mais elle ne peut garantir que le véhicule arrivera avant le 1er juillet - formalités de douanes oblige - avec l'équipe de 12 étudiants qui ont, eux, tous obtenu leurs visas.

La région de Qazvin est idéale pour les recherches sur l'énergie solaire, avec 300 jours par an en moyenne de soleil, des routes droites et en bon état au milieu d'un paysage désertique.

Pour assurer l'égalité en course, chaque voiture aura 516 panneaux photovoltaïques, fabriqués aux Etats-Unis et assemblés en Allemagne.

La différence se fera grâce aux régulateurs de charge solaire de batterie (MPPT) développés par chaque équipage, qui optimisent les performances des panneaux solaires. L'équipe victorieuse sera celle qui trouvera les meilleurs angles pour que le maximum de rayons alimentent la batterie.

En tests, Havin-2 a atteint 110 km/h mais les étudiants pensent pouvoir aller jusqu'à 160 km/h en compétition.

Au-delà de la course, qui veut promouvoir l'énergie propre, un sentiment de fierté nationale rassemble l'équipe iranienne.

"On a travaillé dur, dit Alireza Malmali. Nous voulons montrer que nous sommes bons, peut-être mêmes meilleurs que le reste du monde".

adm/cyj/hj/cac