NOUVELLES
12/06/2014 07:27 EDT | Actualisé 12/08/2014 05:12 EDT

France: demandes d'extradition du Kazakh Abliazov examinées le 25 septembre

La justice française a renvoyé jeudi au 25 septembre l'examen des demandes d'extradition de la Russie et de l'Ukraine de l'oligarque et opposant kazakh Moukhtar Abliazov, écroué en France depuis l'été 2013.

Dans un arrêt rendu le 3 juin, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Lyon (centre) avait autorisé la Russie et l'Ukraine, qui l'accusent de fraude massive, à intervenir à l'audience.

La cour avait toutefois souligné que la Russie et l'Ukraine ne devenaient pas pour autant parties à la procédure et n'auraient donc pas accès au dossier, ni le droit de déposer des pièces, leur intervention n'étant qu'orale à l'audience.

Ancien dirigeant de la banque BTA au Kazakhstan, Moukhtar Abliazov avait été interpellé dans une villa de Mouans-Sartoux, sur la côte d'Azur (sud) le 31 juillet 2013, soupçonné d'avoir commis des malversations financières à hauteur de plusieurs milliards de dollars en 2008 et 2009 en Russie et en Ukraine, par le biais de prêts frauduleux.

A l'audience le 26 mai, le parquet général de Lyon avait fait valoir des engagements pris par la Russie quant à la peine qu'elle pourrait infliger à M. Abliazov s'il était extradé dans ce pays, où l'essentiel des fraudes présumées a été commis.

"La parole de la Russie ne vaut pas grand-chose, je crois que tout le monde peut le mesurer et le constater sur la scène internationale et même à l'intérieur des frontières russes", avait estimé l'un de ses avocats, Me Bruno Rebstock, satisfait de disposer d'un délai plus important avant d'examiner les demandes d'extradition sur le fond. De nouvelles traductions de documents en langue russe sont notamment prévues.

En janvier dernier, la cour d'appel d'Aix-en-Provence (sud) avait rendu deux avis favorables à ces demandes d'extradition. Mais la Cour de cassation les a annulés début avril, renvoyant à la cour d'appel de Lyon l'examen des requêtes ukrainienne et russe.

Ancien ministre de l'Énergie de 1998 à 1999, M. Abliazov avait été emprisonné en 2002 après avoir pris la tête d'un parti d'opposition.

A sa libération, M. Abliazov avait dirigé la BTA qui avait connu un rapide développement avant une nationalisation forcée.

nd/dfa/thm/jh