NOUVELLES
12/06/2014 09:55 EDT | Actualisé 12/08/2014 05:12 EDT

Brésil/Mondial: l'accès au principal aéroport de Rio bloqué par des manifestants

Un groupe de grévistes de l'aéroport international Carlos Jobim/Galeao de Rio a bloqué jeudi matin la principale voie d'accès aux terminaux au moment où des milliers de supporteurs attendus pour le Mondial doivent atterrir ou transiter par la ville.

Une vingtaine de grévistes, qui participent au mouvement partiel de 24 heures lancé par le personnel au sol de l'aéroport le jour du match inaugural de la compétition, ont bloqué l'avenue Vinte de Janeiro pendant une dizaine de minutes dans le sens centre-ville-aéroport, selon les médias locaux.

Rapidement dépêchés sur place, des policiers ont convaincu les grévistes de lever en partie leur blocage, converti ensuite en barrage filtrant, a indiqué à l'AFP une attachée de presse de l'entreprise gestionnaire des aéroports, Infraero.

Plusieurs chaînes de TV ont diffusé des images montrant environ 25 grévistes postés sur la route, provoquant un embouteillage de plusieurs kilomètres et contraignant certains passagers à quitter leur véhicule et effectuer le reste du parcours à pied pour ne pas manquer leur vol.

"Toutefois, des passagers ont râté leur avion. Ils seront redirigés vers d'autres vols en fonction des places disponibles", a précisé la porte-parole d'Infraero à l'AFP.

"Maintenant (à 13h30 GMT) tout est calme et tout fonctionne normalement", a-t-elle ajouté.

L'intersyndicale du personnel au sol des trois aéroports de Rio de Janeiro a annoncé mercredi soir le lancement d'une grève de 24 heures concernant 20% du personnel. Le mouvement doit prendre fin jeudi soir à minuit.

Revendiquant des augmentations de salaire et l'amélioration des conditions de travail de ses adhérents, l'intersyndicale Simarj a lancé cette grève au moment où affluent des milliers de touristes à l'occasion du Mondial de football qui débute jeudi, avec le match Brésil-Croatie à Sao Paulo.

A l'exception des problèmes d'acheminement causés par ce blocage, aucune perturbation majeure n'a été constatée jeudi matin à l'intérieur de l'aéroport Antonio Carlos Jobim, alors que la situation demeurait normale aux aéroports de Santos Dumont (domestique) et Jarcarepagua (taxis aériens).

Les grévistes exigent notamment des bonus pour la Coupe du monde, et des augmentations de jusqu'à 12%, alors que leurs employeurs ne proposent que 8%.

"C'est la première grève, il y en aura d'autres", a prévenu sur G1 le représentant syndical Marcelo Schmidt, qui s'est toutefois dit résolu à respecter une décision de justice obligeant 80% du personnel à rester à son poste de travail.

L'Agence nationale d'Aviation civile (Anac) a indiqué mercredi dans un communiqué transmis à l'AFP que "les entreprises aériennes ont prévu des plans d'urgence élaborés pour la période de la Coupe du monde" du 12 juin au 13 juillet.

jhb-ag/cdo/dhe