NOUVELLES
12/06/2014 01:55 EDT | Actualisé 12/08/2014 05:12 EDT

BNP Paribas: l'UE espère que les USA seront "équitables" (Barnier)

L'Union européenne espère que les autorités américaines se montreront "équitables" avec BNP Paribas, menacée d'une amende record aux Etats-Unis pour des violations supposées d'embargos, a indiqué jeudi le commissaire européen au marché intérieur Michel Barnier.

"Compte tenu de l'importance de ce cas et de l'importance de cette banque, (...) nous suivons attentivement la situation et nous souhaitons simplement que cette affaire soit instruite de manière proportionnée, équitable et objective", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Washington.

BNP Paribas est sous le menace d'une amende de 10 milliards de dollars, selon la presse américaine, et d'une suspension de ses activités aux Etats-Unis où elle est accusée d'avoir enfreint des embargos américains en réalisant des opérations en dollars avec des pays comme l'Iran, Cuba ou le Soudan entre 2002 et 2009.

Interrogé sur l'impact d'une telle sanction sur le système financier européen, M. Barnier a estimé ne pas être en mesure d'évaluer les "effets potentiels" tant que la décision finale n'est pas connue.

L'affaire, devenue un enjeu politique, a fait sa première victime jeudi avec le départ annoncé d'un des hauts dirigeants de la banque, Georges Chodron de Courcel, dont la tête était réclamée par les autorités américaines.

Elle est même remontée au plus haut niveau de l'Etat français la semaine passée, le président François Hollande dénonçant le risque d'une sanction "disproportionnée" et "injuste".

Interpellé, son homologue américain Barack Obama a répondu qu'il ne se "mêlait pas" des affaires de justice.

Paris a même mis en garde contre "des conséquences négatives" sur les négociations commerciales transatlantiques si la sanction finale était trop lourde.

Revenant sur ces négociations, M. Barnier a assuré qu'il espérait convaincre les Américains d'inclure les services financiers aux discussions sur un accord de libre-échange, un des nombreux points de friction entre les deux blocs.

"Nous ne sommes pas encore d'accord avec les Américains sur ce point", a reconnu le responsable, qui s'est notamment entretenu jeudi avec l'équivalent du ministre du Commerce extérieur américain Michael Froman.

"Ce que je demande n'est pas idéologique (...). Je dis que si on veut développer dans l'ensemble de l'économie les échanges et le commerce ça passe par les marchés financiers y compris dans les échanges agricoles, dans la chimie", a-t-il argumenté.

Les Américains s'opposent à une harmonisation sur ce point, estimant qu'elle pourrait les forcer à modifier leur régulation bancaire, difficilement négociée dans le cadre de la loi Dodd-Frank de 2010.

M. Barnier a tenté de dissiper cette crainte en affirmant que les négociations ne doivent "en aucun cas" conduire à un affaiblissement des règles de part et d'autre de l'Atlantique. "C'est plutôt un nivellement par le haut", a-t-il assuré.

En cas d'échec sur ce point, il y aura des "freins" aux relations économiques américano-européennes, a-t-il mis en garde.

jt/vmt/rap

BNP PARIBAS