NOUVELLES
12/06/2014 08:17 EDT | Actualisé 12/08/2014 05:12 EDT

Affaire Maddie: les fouilles n'ont donné "aucun indice", selon Scotland Yard

Les nouvelles fouilles menées dans le sud du Portugal pour tenter d'élucider la disparition de la petite Madeleine McCann en 2007 n'ont révélé "aucun indice", a indiqué jeudi Scotland Yard.

Les policiers portugais et britanniques ont bouclé mercredi ces recherches lancées la semaine dernière avec des radars de sol et des chiens renifleurs, sur des terrains autour de Praia da Luz, une petite station balnéaire située dans la région de l'Algarve.

Quelque 60.000 m2 ont été ainsi fouillés, de même que des équipements, des canalisations et des bâtiments à l'abandon, selon la police.

"A l'heure actuelle, aucun indice relatif à Madeleine McCann n'a été identifié", a reconnu la police britannique dans un communiqué.

"Il a été convenu de mener des actions supplémentaires et nous nous attendons à ce que cela commence bientôt", a indiqué Scotland Yard, qui a envoyé des requêtes aux autorités portugaises. "Il y a encore une importante quantité de travail à effectuer dans les prochaines semaines et mois", ajoute la police, sans plus de détails.

"Ce travail récent, qui entre dans le cadre d'une démarche visant à s'assurer que toutes les pistes sont explorées de façon systématique, ne concerne que l'hypothèse selon laquelle elle a été tuée et enterrée sur place", a précisé la police.

Les parents de Madeleine McCann, Kate et Gerry, se sont dits "encouragés par le fait que malgré les recherches intensives, aucune trace de Madeleine n'ait été trouvée". "Cela renforce notre conviction qu'elle peut toujours être en vie", ont-ils affirmé jeudi dans un communiqué.

Alors âgée de près de quatre ans, Madeleine McCann avait disparu de sa chambre le 3 mai 2007, à Praia da Luz, une petite station balnéaire où elle séjournait avec sa famille, pendant que ses parents dînaient avec des amis dans un restaurant voisin.

Scotland Yard avait confirmé début mai avoir obtenu des autorités portugaises l'autorisation de mener des recherches dans le cadre de l'enquête ouverte en juillet 2013, après avoir passé deux ans à étudier le dossier.

La police portugaise avait peu après rouvert sa propre enquête, classée sans suite en 2008 après 14 mois d'investigations controversées, marquées notamment par l'inculpation des parents de la fillette, qui ont ensuite été blanchis.

rjm-alm/dh/phv