Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Obama téléphone à Sissi, évoque le besoin de "droits universels" en Egypte

Le président américain Barack Obama a souligné mardi le besoin de "droits universels" en Egypte, dans un appel téléphonique au nouveau président égyptien Abdel Fatah al-Sissi, qui a destitué son prédécesseur Mohamed Morsi et réprimé l'opposition.

"Le président a réitéré le soutien continu des Etats-Unis aux aspirations politiques, économiques, et sociales du peuple égyptien, et au respect des droits universels", a précisé la Maison Blanche dans un communiqué.

M. Sissi a "apprécié" l'appel téléphonique et le soutien américain à son nouveau gouvernement depuis son investiture dimanche, a rapporté l'exécutif américain.

Les Etats-Unis ont timidement repris leurs relations avec l'Egypte, un allié influent dans la région, mais sont toujours mal à l'aise avec ce régime qui contredit ses valeurs.

Les deux dirigeants ont réaffirmé leur soutien au partenariat stratégique entre leurs deux pays, selon la Maison Blanche.

Ce partenariat est soumis à rude épreuve depuis que M. Sissi a renversé l'an dernier le premier président élu d'Egypte, l'islamiste Mohamed Morsi, et réprimé dans le sang ses partisans, les Frères musulmans.

M. Sissi a remporté le mois dernier l'élection présidentielle à l'issue d'un scrutin boycotté par les partisans de son prédécesseur, et où 47% des électeurs seulement sont allés voter.

En avril, des responsables américains avaient annoncé la reprise d'une partie de l'aide à l'Egypte, suspendue l'an dernier, en promettant notamment 10 hélicoptères Apache pour combattre le terrorisme dans le Sinaï.

Mais ces appareils sont toujours aux Etats-Unis tandis que les démocrates au Congrès bloquent une aide supplémentaire de 650 millions de dollars.

Le reste de cette aide annuelle, qui représente 1,5 milliard de dollars au total, est toujours gelé. Pour la débloquer, le secrétaire d'Etat John Kerry doit certifier que l'Egypte a repris le chemin de la démocratie.

Le département d'Etat a pour sa part dénoncé mardi la vidéo, qu'il a qualifiée d'"horrible", de l'agression sexuelle d'une jeune femme lors d'une manifestation au Caire dimanche, et exhorté le nouveau gouvernement à agir contre ce type d'agression.

col/are/bdx

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.