Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Mexique: début de la discussion des lois pétrolières au Parlement

Le Sénat mexicain a commencé mardi la discussion des lois d'application de la réforme constitutionnelle permettant l'ouverture du secteur pétrolier aux investissement privés, des dispositions qui rencontrent l'opposition résolue de la gauche et d'un certain nombre d'intellectuels.

Dans le cadre d'une session extradinaire, les Commissions de l'Energie et des Etudes législatives ont commencer à examiner les "lois secondaires", sur la base d'un projet élaboré en commun par le Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) au pouvoir et le Parti action nationale (droite).

La réforme consitutionnelle déjà approuvée en décembre prévoit de mettre fin au monopole que l'Etat mexicain exerce depuis 1938 sur le secteur de l'énergie.

Cette réforme, l'une des plus ambitieuses entrepises par le président mexicain Enrique Peña Nieto, permettra l'ouverture de l'exloitation et de l'exploration des hydrocarbures à des entreprises privées, nationales ou étrangères.

La discussion en première lecture au Sénat devrait prendre fin le 23 juin avant que les textes adoptés soient examinés par la Chambre des députés.

Le Parti de la révolution démocratique (PRD, gauche) a redit mardi dans un communiqué son opposition à un réforme qui "privatise" le secteur énergétique. Le PRD tente de mettre en oeuvre une consultation populaire sur la loi en 2015.

Pour le gouvernement au contraire, cette réforme permettra de moderniser et de donner plus d'autonomie économique à la compagnie pétrolière d'Etat Pemex.

La production pétrolière, qui représente environ un tiers des ressources fiscales de l'Etat mexicain, a subi un chute sensible depuis une dizaine d'années.

csc/jg/jcb/mr

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.